LE DEBRIEFING: N°27 Jeune homme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LE DEBRIEFING: N°27 Jeune homme

Message  oscar2 le Jeu 15 Mar - 14:28

Voici un alBOUM de pure folie expérimentale et créatrice, comme disait Bashung « on entre dans le légendaire », un disque patchwork où des dizaines d’influences se chevauchent et s’entrechoquent , on pousse les expériences musicale à l’extreme mais en gardant bien à l’esprit que cela doit rester commercial car faire du cacophonique et du n’importe quoi sous prétexte que c’est de la recherche musicale c’est assez facile , le tour de force de Johnny et de son équipe de 68 est d’avoir su créé tout en restant cohérent et éfficace, en tout cas sur cet album , il y aura quelques essais plus malheureux sur le prochain nous verrons cela plus tard.

Le son de cette réédition est magnifique de clarté et il est carrément miraculeux sur les Bonus , rien que pour cela cette collection vaut le coup.

Une fois n’est pas coutume l’édito du livret est superbement écrit et replace tres bien l’album dans son contexte, le retour sur scene au PDS 67 est un pur régal à lire également.

Un mot sur la pochette de cet album qui si aujourd hui me paraît superbe, m’a longtemps un peu dérangé , je trouvais qu’elle ressemblait plus a une pochette de « best of » qu’a une vraie pochette d’album , le temps à fait son œuvre et elle est maintenant hyper représentative de son époque.

44 ans plus tard je vais replonger avec délice dans cette galette du roi.

avatar
oscar2

Messages : 2143
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 49

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING: N°27 Jeune homme

Message  oscar2 le Jeu 15 Mar - 14:33

JEUNE HOMME : Le souffle épique de la mélodie me renverse dès la première seconde de l’intro, la basse est monstrueuse, la rythmique hyper moderne, les trompettes claquent juste là où il faut, le texte est magnifique et la voix de Johnny semi-cassée et un ou deux ton trop haut fini par m’achever, c’est purement intemporel.. 10/10

JE N’AI PAS VOULU CROIRE : Tout ce que j’aime chez Johnny est condensé dans les 2 :57 de cette chanson, que dis-je.. de ce pur chef-d’œuvre,un titre tout à la fois sombre, envoutant, hargneux, désespéré, magistral en tous points.. 10/10

AU PAYS DES AVEUGLES : Tiercé gagnant avec ce 3ème titre parfait, un vrai voyage sonore entre cymbales bourdonnantes et clochettes minimalistes, les effets d’écho rendent cette chanson encore plus insaisissable.. 10/10

A TOUT CASSER : Une pure machine de guerre, merci Monsieur Jimmy Page pour la créativité dans les solos, merci Monsieur Tommy Brown pour cette charge magistrale, merci Monsieur Hallyday pour nous donner de pareilles chansons à écouter et réécouter.. 10/10

CHEVAL D’ACIER : Si Wagner avait fait du rock nul doute que ses Walkiries ressembleraient a ce genre de truc, je perçois beaucoup de réminiscences classique dans cet album et particulièrement dans cette chanson, presqu’aussi fort que les 4 premiers titres.. 9/10

LE MAUVAIS REVE : Ce titre cloturait la face A du 33T , une face quasi parfaite et ce titre l’est tout autant , moins de déluge sonore mais un titre absolument taré, la frontière entre le sublime et le ridicule est souvent mince , la pièce tombe du bon côté dans ce mauvais rêve.. 9/10

MAL : Le riff de basse d’anthologie suffirait presqu’à lui seul à classer ce titre dans la catégorie chef-d’œuvre, alors si en plus on ajoute Johnny a l’équation on obtient un brûlot d’enfer, un pur délire sur scene dans ces années 68-72 dont il n’existe que très peu de documents pour l’instant.. 10/10

QUAND L’AIGLE EST BLESSE : Changement radical de style et d’atmosphère pour cette chanson apaisée chantée d’une voix ténue, assez atypique chez Johnny, une belle chanson un peu en deça des autres.. 7/10

L’HISTOIRE DE BONNIE & CLYDE : Le cas social de l’album , difficile de croire aujourd hui que ce titre fut un tube, malgré son originalité je trouve qu’ il a tout de même tres mal vieilli, de plus certaines approximations dans l’écriture et les tournures de phrases me choquent un peu l’oreille « La police tend un piège à lui et sa compagne !!!!!!! » falait oser.. 6/10

MA VIE A T’AIMER : Faire de Loving you une sorte de slow crapuleux tout en douceur il fallait y penser, surprenant et désarmant à la fois.. 7/10

LE CIEL NOUS FAIT REVER : C’est une mauvaise habitude chez Johnny, il y à toujours un titre qui n’a rien a faire là, « Psychédélic » aurait eu plus de gueule a cette place, la chanson est sympathique et passe partout, c’est d’ailleurs le but recherché donc c’est réussi dans le genre, mais ça plombe forcément la moyenne de l’album.. 6/10

HIT-PARADE : Ce titre termine l’album comme une bonne farce , une mélodie enjouée et entêtante , une texte qui en vaut bien d’autres d’ailleurs il le dit « mon parolier est fatigué » , La version film est plus éfficace avec ses rires et ses scories, un peu anecdotique pour cloturer un si grand album tout de même .. 7/10




Bonus

SAN FRANCISCO : Hare Krishna la bonne parole, Hare Krishna racole racole…, pour un peu on cotiserait, un titre tres représentatif de son époque , inchantable au premier degré aujourd hui, mais un grand souvenir de toute une époque, il fait partie de la légende de Johnny.. 8/10

FLEURS D’AMOUR ET D’AMITIE : l’erzatz du titre précédent , joli mais moins réussi et plus anecdotique.. 6/10

MON FILS : C’est ici que je vais me faire lyncher si je ne m’explique pas en détail, je ressens cette chanson de 2 façons, soit je l’a voit comme une fresque épique , une chanson-film comme Les chiens de paille par exemple et là c’est une réussite totale, soit je l’entend au premier degrés et là je n’y voit plus qu’un texte tres maladroit sur l’auto-défense , la vengeance et le ressentiment à la limite du racisme ( je parle du texte maladroit , pas des auteurs ni de Johnny , ne confondez pas) d’où un sentiment souvent mitigé quand je l’écoute, dans le premier cas c’est un 10/10 , dans le second c’est un zéro pointé, d’où cette note finale bizarre pour ce qui est en soi une grande chanson.. 5/10

PSYCHEDELIC : Ou A tout casser version 2, tout aussi jouissif , génial et déjanté, un très grand et très mérité..10/10




Live PDS 67 ( extraits de la réédition 2003)


PETITE FILLE : Une version live dynamitée au possible, énorme .. 9/10

MON FILS : Une approche musicale plus baroque que sur la version studio.. 5/10

AUSSI DUR QUE DU BOIS : Une version déjantée assez inégale mais prise dans la folie du moment.. 8/10

HEY JOE : Un Hey Joe qui commence a s’électrifié , a noté que dans cette version actualisée « Israel » remplace le Vietnam.. 8/10

LUCILLE : Peut etre le plus grand délire scenique de toute la carrière de Johnny , 12 min de folie pure, la légende veut que Mick Jagger apres avoir vu ceci ai dit « je ne pense pas qu’une telle furie soit a la portée des Stones » , je ne sais pas si c’est vrai mais pour moi Johnny à pratiquement inventé le hard rock ce soir là , Nous somme fin 67 , Led Zep débutent a peine, les who ne cassent pas encore leur matos a la fin des concerts , Deep purple et consort n’en sont qu’a leur balbutiements, il serait interessant de se pencher sur le sujet ( si il y a des spécialistes ici ), Cette Lucille nous use jusqu'à l’extase.. 10/10


Moyenne de l’album original : 8,4
Moyenne de l’édition collection : 8,1



Je suis très surpris par le nombre de grands titres que recele cet album , je ne m'en était jamais aperçu
La note finale me surprend aussi ,décidément j'adore ces débriefs
avatar
oscar2

Messages : 2143
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 49

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING: N°27 Jeune homme

Message  Yuna le Mer 21 Mar - 22:06

A mon tour pour le p'tit débrief !

Jeune homme 68, un album que nombreux disent mythique, ce dont (malgré le fait qu'il m'était quasi totalement inconnu) je n'ai jamais douté ne serait ce que grâce à ce titre éponyme, Jeune homme, qui ne peut que signifier que cet album est à part. C'est donc avec grand plaisir que j'ai encore découvert de nouveaux trésors cachés dans le répertoire de Johnny !

Jeune homme : le summum des chansons de Johnny, avec cette grandiloquence et son typique de la fin des années 60 ! Tout est parfait dans ce titre, le texte qui peut coller à bien des situations, la voix de Johnny (si tu savais, ce que je sais !!!!!!!!!!!!!!), son interprétation magistrale malgré que se soit une version studio, les trompettes, la rythmique et j'en passe. A quand une résurrection sur scène ? Et ce serait tellement d'actualité.

Je n'ai pas voulu croire : Là on continue dans le lourd ! Ce 2ème titre peut égaler le premier dont il a pris toutes les qualités, avec en plus si je ne m'abuse un refrain encore plus majestueux et un p'tit riff de guitare pas désagréable du tout ! A quand une résurrection sur ... Ouh là je me répète ! Very Happy Je ne pourrais pas dire entre celle ci et la première laquelle m'emporte le plus.

Au pays des aveugles : A quand une résurrection ... Et si on faisait un petit medley des ces trois chansons pour cette année ? Very Happy Difficile de les partager ces trois là. Après cette première partie de fou, on va pouvoir que redescendre ...

A tout casser : Ah bah voilà on redescend d'un cran. J'aime moins cette chanson, que j'ai beaucoup entendu ... Mais à noter que un jour grâce à elle j'ai gagné un point à un concours spéciale musique de film ... J'ai épaté le type qui passait les musiques, il en revenait pas que je connaissais cette chanson ! Et moi et les copines avec qui j'étais on a eu droit un verre gratos du coup ! Merci Johnny !

Cheval d'acier : Difficile à définir celle là, très entraînante, reste bien dans la tête, mais se rend compte qu'on est quand même un petit cran en dessous.

Le mauvais rêve : J'ai appris sur le livret qu'il s'agissait d'une BO aussi, et quelle sacrée BO ! On part nous aussi dans ce mauvais rêve avec Johnny, plus romantique ? pop ? mystique ? que les trois premières chansons de l'album, mais mauvais rêve tout de même très agréable Very Happy, et ce final des plus mystérieux ...

Mal : Ah ah la version originale de cette interprétation live du Parc 93 !!! Cette chanson aurait valu le coup d'être chanté en entière (mais c'est pas possible y'a que des chansons faite pour la scène ici !). Un texte de fou qui colle à Johnny, dans les sommets de l'interprétation alors que c'est du studio ! En effet sur scène ça devait envoyer le paté !

Quand l'aigle est blessé : Très belle voix pour Johnny pour ce titre, très aérienne, voluptueuse ... Dommage que le texte suive moins ...

L'histoire de Bonnie and Clyde : Alors là je vous cache pas mon étonnement en entendant ça pour la première fois ! J'avoue avoir lâché un petit rire de cette musique quelque peu étrange avec ces bruitages venues d'un autre temps et ce final de course poursuite digne de Benny Hille ! Mais tout ça ne m'a pas empêcher de l'avoir ensuite dans la tête un bon moment ... C'est pour ça Oscar que ça a été un tube ...

Ma vie à t'aimer : Après avoir entendu Johnny chanter ce classique d'Elvis en anglais original, je trouve forcement celle ci vraiment en dessous, voire mièvre ... Comparé à Amour d'été que j'aime beaucoup, là bof ...

Le ciel nous fait rêver : J'avoue que je l'ai vite passer celle là. Par contre quand Johnny commence : "Le ciel ..." j'ai l'impression que ça va partir sur "la nuit, quand revient la nuit ... Bizarre cette impression.

Hit parade : Celle là aussi je la zappe, pour moi ça reste anecdotique ...

San Francisco : On l'a tellement entendu celle là, et tout entendu dessus que je saurais même pas quoi en dire. Ah si, ça s'écoute bien dans une décapotable les cheveux en vent sur la route pour aller à San Francisco ... Cette chanson nous emporte vraiment la bas, au milieu des fleurs et des joints ! Avec une interprétation très sincère de Johnny.

Fleurs d'amour et d’amitié : La soeur de San Francisco, moins bien il est vrai je te rejoins Oscar.

Mon fils : Oui Oscar tu vas te faire lyncher !! Twisted Evil Very Happy C'est vrai que c'est un vrai film, on peut tout s'imaginer à mesure que la chanson défile. Tout y est dans cette épopée, la voix démente de Johnny, l'interprétation, je suis capable de me la passer en boucle des heures ...

Psychedelic ou l'annonce en grande pompe de ce que va être Rivière ! Le délire total ! Le kiff absolu, les choeurs, les guitares, la batterie ! On comprend rien au texte (si quelqu'un est capable de me dire ce que dise les choeurs ...), mais ça déboule à fond la caisse ! je regrette juste que la voix de Johnny soit un peu en arrière par rapport à la musique.

Petite fille : Enorme cette version, à l'origine la chanson est démente mais là, toujours c'est trompette aussi présente !

Mon fils : Je crois que j'ai déjà tout dit !

Aussi dur que du bois : Je suis moins transporté par cette version live ...

Hey Joe : Je sais pas si je l'ai déjà dit mais c'est moi qui vais me faire lyncher là ... Je commence un peu à être lassé là de cette chanson, dernièrement on l'a entendu dans tous les sens et toutes les versions ... Mais je reconnais que je me laisse quand même emmener par cette version.

Lucille : Il faut en effet bien retenir le délire qu'il a du se passer sur scène à ce moment là car ça m'a l'air d'être un peu le boxon la dedans ! Je sais pas si d'autres pourront me confirmer mais l'accent de Johnny me parait un peu approximatif Very Happy

En conclusion n album qui a donc raison d'être mythique, pour son lots de chansons inégalables pour certaines, et d'autres plus ... secondaires diront nous !
avatar
Yuna

Messages : 4792
Date d'inscription : 09/02/2008
Age : 28
Localisation : Isère/Savoie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING: N°27 Jeune homme

Message  Yuna le Mer 21 Mar - 22:13

Je m'excuse pour les fautes d'orthographes qui doivent jalonner la fin de mon texte Very Happy, je n'ai pas pu éditer comme je voulais.
avatar
Yuna

Messages : 4792
Date d'inscription : 09/02/2008
Age : 28
Localisation : Isère/Savoie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING: N°27 Jeune homme

Message  Jango le Mer 21 Mar - 23:03

Super Yuna, je vais lire ça avec intérêt (et Oscar aussi bien sûr!) et je m'y mets vendredi, promis! Wink

Demain, Rock'n'Slow en kiosque, j'ai justement beaucoup de route à faire! Smile
avatar
Jango

Messages : 3922
Date d'inscription : 01/02/2011
Age : 33
Localisation : Bruxelles

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING: N°27 Jeune homme

Message  oscar2 le Jeu 22 Mar - 14:13

Coool , Yuna se prend au jeu du débrief , avec beaucoup de talent et un regard neuf qui ne peux qu'apporter un plus indéniable.

Merci

avatar
oscar2

Messages : 2143
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 49

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING: N°27 Jeune homme

Message  Jango le Ven 23 Mar - 21:45

Allez c'est mon tour!! J'ai un agenda de ministre ces derniers temps, mais si je vais moins sur le forum, j'ai toujours le temps d'écouter Johnny alors ça va Wink

Voici un album que je n'attendais pas avec spécialement d'impatience, a priori pas ma période préférée... Et pourtant il aura su me surprendre et me convaincre, aidé par certains titres incontournables que je connaissais déjà mais que je redécouvre avec grand plaisir (depuis le début de la collection j'essaye de ne plus écouter les albums en dehors de celle-ci afin de redécouvrir les titres dans leur contexte).

JEUNE HOMME: Donc voilà tout comme vous pour moi un titre implacable! Hasard malheureux qu'ils sorte juste pares "les événements" de mai 68 qui pourraient en changer radicalement le sens! Le disclaimer affiché sur le disque à l'époque n'était pas une mauvaise idée! 10/10

JE N'AI PAS VOULU CROIRE: Je ne connaissais pas ce titre et quel plaisir de le connaître maintenant! Quel autre artiste français nous réserve de telles perles complètement oubliées dans son répertoire?! Comme le dis Oscar, c'est tout ce que j'aime chez Johnny 10/10

AU PAYS DES AVEUGLES: Quel souffle épique, impossible de ne pas vouloir chanter avec! Johnny est habité sur ce titre et sur beaucoup de cet album. Il a effectivement l'énergie d'une prestation live. Ambiance psyché, à la fois descente aux enfers et flouer power! 9,5/10

À TOUT CASSER: Je me situerais entre Oscar et Yuna sur celle-ci! Je l'aime beaucoup mais je ne suis pas extatique non plus 8,5/10

CHEVAL D'ACIER: Je la sens moins celle-ci, peut-être parce que je ne suis pas amateur de moteurs et de vitesse? Peut-être parce qu'après un tel étalage de perles on devient plus exigeant? Je trouve que le texte ne va pas bien avec la musique qui sonne finalement assez variété par rapport au début de l'album. 7/10

LE MAUVAIS RÊVE: Un texte un peu plus laborieux, mais une superbe ambiance (solo de trompette à l'appui!) 8/10

MAL: On s'en lasse d'autant moins qu'elle est courte. Le texte est percutant, parfaitement modelé sur la musique. L'exemple parfait d'une adaptation parfaitement réussie. Bon espoir de la retrouver en 2012 pour varier un peu l'inévitable medley RNB 10/10

QUAND L'AIGLE EST BLESSÉ: "Quand l'aigle est blessé il revient vers les siens. Aujourd'hui je reviens" c'est le genre d'élégance de texte qui me séduit. Ce n'est pas la même chose que de chanter "Je reviens vers les miens comme un aigle blessé". Bravo Long Chris, et bravo Johnny compositeur et interprète complètement habité sur ce titre. Seule fausse note la phrase parlée à la fin... 9/10

L'HISTOIRE DE BONNIE AND CLYDE: Heu... Oui alors là non par contre... Sans même parler d'une comparaison avec le titre de Gainsbourg... Se dire que c'est ce titre le tube de l'album ça remet tout en perspective! Franchement ce ne serait pas Johnny je ne l'écouterais pas jusqu'au bout... pale Et comme l'a dit Oscar le texte prend beaucoup de "libertés" avec la grammaire et la syntaxe... 4/10 PS: Voyez le film par contre, si ce n'est déjà fait!

MA VIE À T'AIMER: Avec Amour d'Été, un duo d'adaptations aussi improbables... que réussies! On atteint pas l'état de grâce de l'original, mais c'est une vraie réappropriation et je ne verrais pas d'inconvénient à ce que Johnny chante les paroles françaises de ces chansons quand il les interprète, Malheureusement, pourquoi encore cette partie parlée?!! 7/10

LE CIEL NOUS FAIT RÊVER: Autant j'adore Les Chevaliers Du Ciel (la chanson!) autant ce deuxième générique, avec un texte trop proche et une musique générique (aha!) ne me convainc pas 6/10

HIT-PARADE: Je rejoins Yuna. Pour moi ça sent le remplissage et ça ne me fait pas rire! 5/10

SAN FRANCISCO: Pas facile de se replonger dans cet état d'esprit, Maxime Le Forestier a livré une vision de cette époque et de cette ville qui nous parle bien plus jusqu'à aujourd'hui. Ici on reste dans la symbolique de surface, pas dans le ressenti. Et c'est logique puisque Johnny n,a jamais vraiment été hippie, faut pas déconner! Et Aber non plus sans doute! Reste une oeuvre un peu télécommandée mais efficace 6/10

FLEURS D'AMOUR...: Idem. Un titre qu'on sent pensé pour la scène (avec la mise en scène, Johnny qui donne des fleurs à ses fans) et qui n,aurait peut-être pas du être enregistré. Après ses cris du coeur sur la première face de l'album original, j'ai du mal à croire à ce que Johnny chante ici 5/10

MON FILS: Est-ce ici que les Romains s'empoignèrent?! Mais non Wink Je comprends ton point de vue Oscar. Cette chanson met en scène des thèmes complexes, trop complexes pour des chansons peut-être, et chantée par Sardou par exemple elle aurait pu me gêner. Avec Johnny, j'ai plutôt l'impression d'être dans un western, dans une époque et un contexte où tout est exacerbé, tendu. Et que dire de cette voix? De quoi hanter le silence longtemps après! Les cuivres, les cordes, l'émotion, la tension... Waw! Au final tout simplement un de mes titres préféré de Johnny, sans problème dans mon top 15, voire 10! 10/10

PSYCHÉDÉLIC: J'entends et je vois des couleurs et des sons démentiels! Je ne sais pas ce qui se passe mais j'y vais! C'est le bon moment pour souligner le nombre de chansons originales dans cet opus, qui n'ont rien à envier aux grands titres de leur temps. Jones, Brown, Hallyday, une sacrée équipe qui a su sentir l'air du temps et mettre la barre très haut en terme d'exigence qualitative! 9,5/10

PETITE FILLE: Super version de ce très bon titre, plus vive, plus rock 9/10

MON FILS: L'apparition de la guitare donne un côté encore plus crépusculaire, comme l'écho sur la voix de Johnny. Je reste fan. Si il y a un titre que je voudrais voir ressusciter sur scène c'est sans doute celui-ci. Mais je n'y crois pas... Sad 10/10

AUSSI DUR QUE DU BOIS: Comme je le disais je crois dans mon débrief de Johnny 67, j'adore l'original mais cette adaptation ne me convainc vraiment qu'à partir du SDF 98! 6,5/10

HEY JOE: Ça s'électrifie déjà par rapport à la version molle de l'album, mais Johnny n'a pas encore trouvé ses marques sur ce titre dont il semble à tout prix vouloir faire un standard de son répertoire 6,5/10

LUCILLE: Les interventions du speaker d'Europe 1 sont pour le moins croquignolesques... L'anglais de Johnny est complètement anarchique (du pur yaourt en fait) et à nouveau je pose la question, pourquoi ralentir ce titre extraordinaire de brutalité et de folie de Little Richard?! Mais patience... Dès le prochain numéro on tiendra une version de légende (je tease...! Wink ) 6,5/10

Au final un opus incontournable du fait de nombreux titres impeccables, le résultat est toutefois abimé par des titres clairement plus faibles et qui cassent un peu l'élan. Je ne suis pas assez familier avec la période pour critiquer la sélection opérée sur les titres live, mais je peux dire qu'elle ne me convainc pas beaucoup, même si je suis content qu'on offre une deuxième chance à Petite Fille de briller. Malgré tout la note générale reste excellente et c'est une entrée surprise dans le peloton de tête (7,7=Cool

NOTE GÉNÉRALE: 8/10


Flagrant Délit 9/10
Rock'n'Roll Attitude 8,5
Cadillac 8,5
Lorada 8,5
La Terre Promise 8,5
Insolitudes (sans bonus) 8,5

Gang 8
Les Enfants Du Rock 8
La Peur 8
Ça Ne Change Pas Un Homme 8
Rivière... Ouvre Ton Lit 8
Jeune Homme 8
Rock À Memphis 8

Jamais Seul 7,5
Le Coeur d'Un Homme 7,5
Hollywood 7,5
Vie 7,5
Johnny 67 7,5

Drôle De Métier 7
Derrière L'Amour 7
La Génération Perdue 7
Les Rocks Les Plus Terribles 7
À La Vie, À La Mort 7
Sang Pour Sang 7
Salut Les Copains 7
Je t’aime, je t’aime, je t’aime 7

C'est La Vie 6,5
Ça Ne Finira Jamais 6,5
Ma Vérité 6
avatar
Jango

Messages : 3922
Date d'inscription : 01/02/2011
Age : 33
Localisation : Bruxelles

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING: N°27 Jeune homme

Message  Yuna le Jeu 29 Mar - 23:30

En lisant attentivement e petit livret de ce numéro (ce que je n'avais toujours pas fait, honte à moi !), je découvre qu'en juin 68, un 45T est sorti avec Entre mes mains, Jeune homme, Au pays des aveugles et Je n'ai pas voulu croire : Vous vous rendez compte cette tuerie !!!! Very Happy

Et aussi Eric Charden qui a composé Je n'ai jamais voulu croire, c'est dingue ça, mais là quelle génie d'avoir composé une merveille pareil !


avatar
Yuna

Messages : 4792
Date d'inscription : 09/02/2008
Age : 28
Localisation : Isère/Savoie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING: N°27 Jeune homme

Message  Jango le Jeu 29 Mar - 23:36

Effectivement, un putain de 45 tours!! Cool
avatar
Jango

Messages : 3922
Date d'inscription : 01/02/2011
Age : 33
Localisation : Bruxelles

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING: N°27 Jeune homme

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum