LE DEBRIEFING N°34: Sings America's rockin' hits

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LE DEBRIEFING N°34: Sings America's rockin' hits

Message  oscar2 le Mar 17 Juil - 11:48




Ce Sings America's rockin' hits aurait plutôt tendance après tant d'année a sonner comme une récréation, un disque léger, sans envergure, mais si l'on se replonge dans l'époque il est tout sauf cela, c'est un album fondateur, un projet que Johnny porte au plus profond de lui au point que c'est la promesse de pouvoir faire cet album à Nashville qui l'a fait signé chez Phillips au-delà de toutes autres considérations, c'est donc peu dire si il y tient, et il mettra toute les chances de son côté, quel casting de rêve pour ce jeune frenchie qui à encore tout à prouver, Shelby Singleton à la prod, Charlie MacCoy, Bob Moore, Jerry Kennedy, The Jordanaires etc,,, rien que ça !!!!

Moi cet album je l'aime , il sonne à mes oreilles comme un vrai classique du rock'n'roll de cette époque, je l'aime aussi par nostalgie c'est vrai, autant pour ses nombreux défauts que pour toutes les promesses qu'il contient,

Tous les grands artistes ont ressentis le besoin à l'aube de leur carrière d'enregistrer leur propre version de leurs classiques, le premier album des stones comprenait 11 reprises sur 12 titres, David Bowie à enregistré Pin-up son album de covers tres tôt dans sa carrière, même le mythique Elvis 57 comprenait une grosse majorité de reprises, tout cela pour dire que cet album de Johnny n'a rien d'une imposture ni même d'un caprice de jeune star, simplement il pose ses bases , il creuse son sillon pour mieux tracer sa route,

Le son de cet opus est étonnement fluide & clair , bien plus que la livraison suivante issue des sesssions de juin, bizarre autant qu'étrange !

Interressant aussi cet éclairage sur la pochette qui reprend le même cliché que la pochette de Salut les copains ! Seul change la perspective & le cadrage, je ne l'avais jamais remarqué,

Les inédits sont attendus a cette place mais bienvenus,


Alors un demi siecle plus tard , que reste t'il de nos jeunes années ?...
avatar
oscar2

Messages : 2143
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 49

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING N°34: Sings America's rockin' hits

Message  oscar2 le Mar 17 Juil - 11:51

SHAKE THE HAND OF A FOOL : Le moins HIT des HITS de cet album et pour cause puisqu'il s'agit d'une création née de la plume des Singleton's, cette version anglaise n'ajoute rien a la version française mais elle a le mérite de démontrer que les créations de Johnny peuvent rivaliser sans rougir avec bien des classiques de l'époque,, 6,5/10

BLUEBERRY HILL : Une superbe relecture de ce méga-hit de l'immense Fats Domino, exit le piano remplacé par l'harmonica diabolique de Charlie MacCoy, avec au final une version Soyeuse et habitée ,, 9/10

HELLO MARY LOU : Plus anecdotique et primesautier, très entrainant mais un peu copié/collé donc inutile,, 5/10

FEEL SO FINE : Une curiosité que ce duo à ,,,une voix, c'est frais et insouciant pour ne pas dire juvénile,,6/10

TAKE GOOD CARE OF MY BABY : Un autre hit qui n'est pas passé à la postérité, Johnny s'en sort toujours plutot bien sur ce genre de titre que l'on peux qualifier de remplissage,, 6/10

BILL BAILEY : Celui-ci malgré son petit côté « fanfare de carnaval à New-Orleans » est pour le coup porté d'un bout a l'autre par un Johnny enjoué, presque rigolard ,moi j'adhère,, 7/10

I GOT A WOMAN : Le moins que l'on puisse dire c'est que celle-ci il l'a tient bien, une version qui n'a rien a envier a l'original et que personnellement je trouve même supérieure à celle de Presley,,9/10

BE-BOP-A-LULA : La première d'une longue série de versions de ce titre que Johnny traine avec lui depuis 50 ans, une version tres sage quasi ouateuse qui ne s'emballe qu'à la toute fin, interessante relecture,,8,5/10

YOU'RE SIXTEEN : Une sucrerie bien propre, le rock'nroll de papa quoi,, 5/10

WHOLE LOTTA SHAKIN'GOIN'ON : Une première version qui est loin d'être ma préférée et qui paraît bien sage comparée au brûlot de Jerry Lee Lewis, on reste tout de même dans du tres tres bon niveau,, 8/10

MAYBELLENE : Chuck Berry revisité à la sauce country-a-billy (oui c'est nouveau je viens de l'inventer Smile , surprenant,, 6/10

DIANA : La soupe de Paul Anka malgré toute la bonne volonté de Johnny reste de la soupe très indigeste,, 4/10




Bonus


HOLD BACK THE SUN : Une transposition Poor lonesome cow-boy de ce hit franco-français, bizarre comme adaptation quand même !,, 6/10

TENDER YEARS : Enregistrée en anglais quelques mois avant la version française, un chant plein de candeur mais sur un titre lent comme celui-ci l'accent vraiment à couper au couteau s'entend trop et gâche l'ensemble,, 5/10

HOUND DOG : Etrangement restée inédite jusqu'à la parution de la première intégrale vinyle en 82 cette relecture Hallydayienne d'un méga tube de Presley est franchement tres réussie,, 7,5/10

GARDEN OF LOVE : Une autre sucrerie sans grande saveur dont je préfère la version française,, 5/10

CARAVAN OF LONELY MAN : Un titre peu connu et c'est bien dommage car assez différent des autres avec quelques violons bien en place , on flirte avec le rock à la Roy Orbison et c'est vachement réussi pour le coup,, 8/10

KING FOR TONIGHT : même esprit que la précédente et même ressenti, j'aime vraiment beaucoup,,8/10

HEY LITTLE GIRL : Et de 3 , voir les 2 titres précédent,, 8/10

I NEED A WHOLE LOTTA YOUR LOVIN' : Un bon rock de derrière les fagots presqu'en roue libre, c'est frais et bienvenu,,7/10




Moyenne de l'album original : 6.6
Moyenne de ce volume : 6.7





avatar
oscar2

Messages : 2143
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 49

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING N°34: Sings America's rockin' hits

Message  Yuna le Mar 17 Juil - 14:14

Merci pour ce débriefing.

Une question, en écoutant You're sixteen, est ce que c'est normal si je trouve une ressemblance avec A fool such as I d'Elvis ? Sur le coup j'ai même pensé à une version alternative.
avatar
Yuna

Messages : 4792
Date d'inscription : 09/02/2008
Age : 28
Localisation : Isère/Savoie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING N°34: Sings America's rockin' hits

Message  oscar2 le Mar 17 Juil - 14:23

C'est vrai que ça y ressemble pas mal ,
je n'avais jamais fait le rapprochement


Interessant Yuna , mais il doit s'agir d'une réelle coincidence, you're sixteen étant un hit a part entiere.
avatar
oscar2

Messages : 2143
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 49

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING N°34: Sings America's rockin' hits

Message  Jango le Mar 17 Juil - 17:25

Brutal retour aux sources dans cette collection avec cet album à part et méconnu qui contient tout de même deux incontournables des concerts hallydéens: I Got A Woman et Whole Lotta Shakin’ Goin’ On. Qui suit mes débriefs le sait, les débuts de l’idole ne sont pas mes pages préférées de son histoire. Tout en les appréciant bien sûr, et pour leur valeur intrinsèque et pour leur valeur historique, pour moi c’est à partir de 66 et de La Génération Perdue que je reconnais le Johnny qui me fait vibrer depuis que je suis gamin. Ceci expliquera peut-être mon regard. J’ai deux problèmes avec cet album. Un je me demande à qui il s’adresse. La volonté de Johnny d’ouvrir le public francophone au rock en anglais est super louable pour l’époque (et de sa position), conquérir le marché anglophone sur son propre terrain en ne proposant quasiment pas de compositions originales et une entreprise casse-gueule. Mais bon de ce côté il y a prescription! Surtout, je n’arrive pas à passer par delà son problème d’accent. Sur certains titres on dirait une parodie de français qui parle anglais phonétiquement. Et même si Johnny ne pourra jamais se faire passer pour un natif de Memphis, force est de constater qu’il a finalement fait pas mal de progrès au fil des ans. Sur «En V.O.» ou «Rough Town» l’accent est là, mais il ne parasite pas les chansons comme c’est le cas ici, pour mes oreilles en tous cas. Reste la musique que j’aime, l’incroyable qualité indéniable des sessions et la voix immortelle de Johnny, tout de même Wink

SHAKE THE HAND OF A FOOL: Chèque de ainede ofafoule donc... Sérieusement ce titre sort son épingle du jeu par une superbe énergie, même si la version française lui reste supérieure 7/10

BLUEBERRY HILL: Géniale chanson évidemment superbement ressortie en 2006. Pour l’instant l’instrumentation est peu faiblarde et toujours cet accent... 7/10

HELLO MARY LOU: Sympa 6/10

FEEL SO FINE: Simple mais très efficace 7/10

TAKE GOOD CARE OF MY BABY: Dans la bonne moyenne, presque émouvant 7/10

BILL BAILEY: Je suis moins client, ça manque d’entrain 6/10

I GOT A WOMAN: Là je dois m’incliner, c’est une chanson que Johnny maîtrise parfaitement dès son premier essai 9/10

BE BOP A LULA: Je préfère de loin les versions rapides 6/10

YOU’RE SIXTEEN: Dites donc, j’ai une illumination d’un coup... Ça ressemble vachement à «17 ans» signé du seul Michel Mallory sur Rock’N’Slow non?! En tous cas il y a plus qu’une inspiration! 7/10

WHOLE LOTTA SHAKIN’ GOIN’ ON: Quand on sait ce que Johnny peut sortir de ce titre sur scène, difficile de ne pas être déçu par cette version très sage 6/10

MAYBELLENE: Un mixage un peu différent qui fait très «époque» (dans le bon sens), mais là l’accent fait vraiment trop mal 6/10

DIANA: Un peu laborieux mais pas sans charme 6/10

HOLD BACK THE SUN: Une vraie adaptation à l’envers, mais bien trop lente 6/10

TENDER YEARS: Johnny évoque cette session lors de la partie unplugged du nouveau spectacle. Émouvant dans ce sens là. Mais le texte anglais n’a pas la grâce du français (pour une fois que c’est dans ce sens!) 6/10

HOUND DOG: Johnny s’est souvent attaqué à Elvis, son idole, et souvent avec succès. Mais cette version est trop proche de l’original pour convaincre 6/10

GARDEN OF LOVE: Si amusant en français, si laborieux en anglais (à cause de l’accent vraisemblablement, désolé!) 5/10

CARAVAN OF A LONELY MAN: Toujours les mêmes qualités, toujours les mêmes problèmes 6/10

KING FOR TONIGHT: Serait-ce la première fois que Johnny chante Mort Shuman? 6/10

I NEED A WHOLE LOTTA YOUR LOVIN: Là c’est tout autre chose. L’accent est miraculeusement au point, l’énergie est énorme, la chanson toujours aussi entraînante. J’adhère tout à fait! 9/10

HEY LITTLE GIRL: Dans la bonne moyenne de l’album, à la hauteur de J’Ai Tant De Peine 7/10

Au final, un album aux qualités musicales indéniables, mais qui pâtit de l’accent parfois risible de Johnny et d’un manque d’énergie ou de conviction sur certains titres (peut-être parce que Johnny est mal à l’aise avec la langue de Shakespeare au risque d’enfoncer le clou). Je suis donc désolé de le dire mais pour moi pas d’album mythique à l’horizon, mais toujours bien sûr un bon moment.

NOTE GÉNÉRALE: 6,5

PS: Au bout du compte quasiment même cote qu’Oscar qui lui commence par expliquer qu’il a un faible pour cet album! Comme quoi on est méga-objectifs malgré tout! Wink
avatar
Jango

Messages : 3922
Date d'inscription : 01/02/2011
Age : 33
Localisation : Bruxelles

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING N°34: Sings America's rockin' hits

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum