LE DEBRIEFING: N°15 Salut les copains!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LE DEBRIEFING: N°15 Salut les copains!

Message  oscar2 le Lun 10 Oct - 23:27

Voilà un exercice plutot difficile , comment juger et noter des titres qui ont 50 ans , qui ont été enregistré dans l'insoucience et la spontanéité, les juger par rapport a quoi ? , sur quelle base ?

Je prendrai donc l'angle de l'époque pour donner une cotation juste car comparer cet album avec ce que Johnny fera plus tard n'aurait aucun sens.

Ceci étant dit revenons a ce volume, la premiere chose que je constate c'est que Johnny avait déjà un son et une production très au dessus de la moyenne de à tous les autres artiste de l'époque .

Les bonus auraient pu etre plus étoffés.

Alors c'est parti pour le plus grand saut dans le temps que nous aurons a faire pour cette collection

50 ans apres...
avatar
oscar2

Messages : 2143
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 49

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING: N°15 Salut les copains!

Message  Jango le Mar 11 Oct - 0:25

Comme le dit Oscar, album difficile à juger. D'une part c'est une autre époque, d'autres exigences et presque un autre chanteur, et si jeune! En plus ce n'est pas vraiment un "album" comme on l'entend aujourd'hui, mais une collection de titres issus de EP. Pour ma part j'aurais tendance à juger avec une oreille d'aujourd'hui, la remasterisation est d'ailleurs superbe et y aide beaucoup!

WAP DOU WAP: Ça commence très fort avec ce titre plus rock que twist au rythme implacable et au texte naïf très entraînant 8/10

SI TU ME TÉLÉPHONES: Autre temps, autres moeurs Smile Ça reste plus anecdotique avec une instrumentation un peu paresseuse et une partie parlée assez croquignolesque 6/10

RETIENS LA NUIT: Une référence et un titre, comme beaucoup d'Aznavour/Garvarentz, dont le romantisme traverse les ans avec élégance tout en portant indéniablement la patte d'une époque. Un titre osé à l'époque pour Johnny et une incontestable réussite 10/10

NOUS QUAND ON S'EMBRASSE: Je ne devrais pas juger les textes, mais c'est toujours important pour moi et ici les paroles manquent cruellement de musicalité, ce qui ne pardonne pas dans un titre aussi balancé 6/10

TWISTIN USA: Toute la musique que j'aime, elle vient du twist... Ah bon?! 7/10

TOI QUI REGRETTES: Une jolie ballade 7/10

SAM'DI SOIR: Une orchestration un trop dénudée qui laisse l'espace à un texte peu inspiré, qui nous renvoie néanmoins, comme le rapport au téléphone, aux réflexes d'une autre époque que l'on ne peut s"empêcher de regarder avec nostalgie (c'était pourtant l'époque aussi de la guerre d'Algérie par exemple...) 6/10

VIENS DANSER LE TWIST\LET'S TWIST AGAIN: Difficile de résister au charme de ce classique qui fonctionne bien mieux en Anglais 8/10

DOUCE VIOLENCE: Une des plus belles balades de cette époque pour moi, une interprétation nuancée qui annonce le chanteur interprète des années 70 9/10

DANSE LE TWIST AVEC MOI: On commence un peu à saturer de twist, mais l'angle humoristique de celui-ci reste charmant 6,5/10

TU PEUX LA PRENDRE: Drôle de mixage qui déforce un morceau pourtant assez tonique 7,5/10

AVEC UNE POIGNÉE DE TERRE: Heu... Je... Du rock chrétien avant l'heure sans doute qui trébuche sur des rimes hasardeuses 6/10

IL FAUT SAISIR SA CHANCE: À nouveau l'efficacité du duo Aznavour/Garvarentz qui a su prendre le train en marche fait sortir ce titre du lot 8/10

YA YA TWIST: Une version bien molle d'un standard blues (qui aurait sans doute du le rester) 5/10

LA FAUTE AU TWIST: Ça s'enchaîne un peu comme à l'usine les twists. Pas meilleur ni vraiment moins bon 6/10

LAISSER-NOUS TWISTER: Le message peut faire sourire avec le recul, mais cette chanson possède une vraie personnalité et l'interprétation live rajoute sans doute une énergie salvatrice 8/10

SAM'DI SOIR: Un peu plus tonique que la version studio, logiquement 6,5/10

RETIENS LA NUIT: L'Orchestration est tellement belle en studio que cette version live est, inhabituellement, bien moins forte. D'une façon générale, ce titre emblématique n'a pas été gâté sur scène 6/10

LET'S TWIST AGAIN: Toute la fougue et l'énergie d'une jeunesse dorée est là, si loin si proche 8/10

Au final un album qui s'écoute avec un sourire aux lèvres, innocent mais réjouissant et étonnement énergique même avec le poids des ans. Johnny n'a pas a rougir de ses débuts, on sent à le réécouter aujourd'hui qu'il fait l'histoire de la musique en France

NOTE GÉNÉRALE: 7/10

Flagrant Délit 9/10
Rock'n'Roll Attitude 8,5
Cadillac 8,5
Lorada 8,5
Insolitudes (sans bonus) 8,5
Gang 8
Ça Ne Change Pas Un Homme 8
Rivière... Ouvre Ton Lit 8
Jamais Seul 7,5
Le Coeur d'Un Homme 7,5
Derrière L'Amour 7
La Génération Perdue 7
À La Vie, À La Mort 7
Sang Pour Sang 7
Salut Les Copains 7
Ma Vérité 6
Ce Que Je Sais 5,5
avatar
Jango

Messages : 3921
Date d'inscription : 01/02/2011
Age : 33
Localisation : Bruxelles

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING: N°15 Salut les copains!

Message  oscar2 le Mar 11 Oct - 0:29

Une chose en avant propos , il est tres étonnant de constater que déjà sur ce premier album il y avait une vrai unité de style.


WAP-DOU-WAP: D'entrée tout y est , le swing , le son , l'entrain et déjà une solide interpretation.. 8/10

SI TU ME TELEPHONE: Plus gaguesque que le précédent , ce titre à moins bien vieilli je trouve .. 6/10

RETIENS LA NUIT: Un vrai classique dès le premier album, la chanson qui a fait que Johnny soit un peu moins exécré par les parents de l'époque, titre intemporel s'il en est.. 8/10

NOUS QUAND ON S'EMBRASSE: Aaahh j'adore j'adore , il y a déjà dans ce titre tout ce que l'on retrouvera dans les rocks les plus terrible & rock a memphis , du pur bonheur,n'oublions pas que nous sommes en 1961 et que le solo de guitare de ce titre est une vraie tuerie pour l'époque.. et merci Jerry Lee ... 9/10

TWISTIN'USA: en pleine vague twist il faut user la recette autant que possible , plus anecdotique sans pour autant etre mauvais.. 5/10

TOI QUI REGRETTES: Le pur slow qui devait faire fureur dans les boums de l'époque, j'ai un peu plus de mal avec les premiers titres lents de Johnny , a cause de la voix tres jeune surement.. 6/10

SAM'DI SOIR: Un titre qui ne fut pas un tube et que pourtant beaucoup de gens connaissent , comme si il avait marqué son époque , c'est frais et enjoué.. 7/10

VIENS DANSER LE TWIST: Peut etre le morceau de bravoure , quelle bonne adaptation quand même , si ce n'est de par le style ça n'a pas pris une ride et quelle belle interpretation toute en nuance , un sans faute .. 10/10

LET'S TWIST AGAIN:.. L'idée de génie , doubler un titre sur un album studio , il fallait oser quand même , je ne pense pas que ça ai été refait depuis, aussi bon en anglais qu'en français..10/10

DOUCE VIOLENCE: Un petit classique des premieres années de carriere de Johnny , j'adhere un peu moins.. 7/10

DANSE LE TWIST AVEC MOI: un titre qui sonne plus Vogue de l'année précédente , la basse en plus et le sax qui pete un cable sur la fin , sympathique.. 6/10

TU PEUX LA PRENDRE: un son moins soigné sur ce titre qui sonne un peu creux, le titre en lui même est plutot bon.. 7/10

AVEC UNE POIGNEE DE TERRE:Un autre tube de cette année 61 , ça a assez mal vieilli je trouve même si l'on reste bien au dessus de ce qui se faisait a l'époque.. 6/10

IL FAUT SAISIR SA CHANCE: Toutes guitares et batterie dehors pour un titre assez bancal mais qui envoie.. 6/10


Bonus


YA YA TWIST: Une superbe guitare toute en nuance , un titre chaloupé vraiment bien foutu, j'aime.. 9/10

LA FAUTE AU TWIST: Beaucoup plus brouillon que le reste, on sent que ça a dù etre enregistré a la va vite.. 4/10

Live 61

LAISSEZ-NOUS TWISTER: L'inédit qui ouvrait cet Olympia 61 , bien dans lamouvence de l'époque et un texte en forme de mise au point a l'adresse des plus agés.. 7/10

SAM'DI SOIR: un peu moins convaincant que la version studio.. 6/10

RETIENS LA NUIT: Comme il est souligné dans le livret , bizarement c'est a ce jour la seule version live existante où elle est chantée en entier.. 8/10

LET'S TWIST AGAIN: un point de moins que la version studio , car la diction est vraiment moins bonne..9/10


MOYENNE DE L'ALBUM: 7,2
MOYENNE VERSION COLLECTION : 7,2
avatar
oscar2

Messages : 2143
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 49

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Vue d'angle de Slunky pour ce premier lp Philips

Message  SLUNKY le Ven 18 Mai - 7:29




DATE DE SORTIE : DECEMBRE 1961
( A ) Enregistré au : Studio Fontana, Stanhope House ( Londres )
Du 5 au 12 Septembre 1961
Musiciens :
Joe Moretti ( Guitare solo ), Big'Jim Sullivan ( Guitare rythmique ),Brian Locking ( Basse )
Andy White ( Batterie ),Georgie Fame ( Piano ),Jean Toscan ( saxophone )
Direction Orchestre : Harry Robinson
Réalisation : Jack Baverstock - Lee Hallyday

(B) Studio Philips - Blanqui Novembre 1961
Musiciens : Les Golden Strings
Jean-Pierre Martin ( guitare ), Claude Horn ( guitare solo ), Antonio Rubio ( Basse ),louis
Belloni ( Batterie ), Marc Hemmler ( piano ), Jean toscan ( saxophone ) .
Réalisation : Lee Hallyday
Référence originale Philips stéréo 844 831

CONTEXTE

Le premier disque de Johnny Hallyday chez Philips, c’est un peu comme le premier disque d’Elvis Presley chez RCA lorsqu’il a quitté Sun Record. En effet les sonorités et les moyens d’enregistrements sont tellement différents qu’on dirait qu’on à faire à un autre artiste.
En 1961, le marché du vinyl est un peu compliqué, il y a les sorties en 45 tours, les sorties en 33 tours en format 30cm et 25cm.
Si 1960, a été la découverte à travers les adaptations françaises du Rock and Roll par le grand public, 1961 est l’année du Twist.
Le premier 30 cm de Johnny et ses 2 premiers 25 cm sont marqué par le Twist.
Johnny Hallyday fasse à la concurrence se plongea rapidement dans le Twist, il ne pouvait que donner sa réplique. En effet, Eddy Mitchell avec les chaussettes noires ou Dick Rivers avec les chats sauvages se lancèrent dans cette danse avec surement l’intention de dire « 1960 c’était le Rock avec Johnny, 1961 c’est le Twist avec … » et se sera encore avec Johnny. Le triomphe surtout des chaussettes noires ne détrônera pas pour autant Johnny Hallyday. En effet, accompagné par des musiciens hors pairs, Johnny fit la différence en pouvant franchir des frontières musicales que les groupes français ne peuvent atteindre. Ainsi, si certaine version comme « Hey pony » sont excellentes par les chats sauvages par exemple, qui peut se mesurer parmi les groupes aux compositions comme « Retiens la nuit », « Avec une poignée de terre », « Il faut saisir sa chance », « Samedi soir »…De plus, Johnny, grâce aux compositions entre autres de Charles Aznavour dépasse largement les concurrents avec des paroles plus matures, qui ne parlent pas seulement du Twist.
Johnny par la suite regrettera se détour vers le Twist, mais c’était le passage obligé pour accéder à l’opus suivant avec des adaptations 100% Rock and Roll et tout en Anglais…
On a tout de même dans ce « Salut les copains » le fabuleux Rock and Roll « Nous quand on s’embrasse », de toute manière avec Johnny il y en aura toujours pour tout le monde, c’est la clé de succès…
Malgré ses réticences vis-à-vis du Twist, Johnny, c’est mis dans la peau d’un acteur qui est le porte parole de cette génération de Twist-Man. Quand Johnny fait semblant dis croire, on y croit aussi !
C’est ainsi que va naître toute une génération déjà un peu perdue à travers cette guerre d’Algérie qui se retrouve enfin dans les pages du magazine « Salut les copains » leur premier cris de rassemblement avec comme porte-parole Johnny Hallyday …


LES POCHETTES



Que ce soit la pochette de « Salut les copains ! » ou les deux premiers 25 cm, Johnny pointe le doigt vers les autres comme pour les avertir qu’il y a là quelque chose qui va se passer. « Attention » que ce soit avec du Twist, du Rock ou avec des Slows bien chaud…Johnny est là pour chauffer l’ambiance. Chauffer, en atteste la sueur qui coule sur son visage. L’ambiance est chaude, tous les autres chanteurs avant lui (sauf Jacques Brel) n’ont jamais fini un tour de chant en sueur. Johnny, nous montre à travers cette pochette que sur scène, on peut le comparer qu’à un seul, Jacques Brel… mais surement pas à tous les Tino Rossi ou autres rossignols. Johnny était admiratif de Jacques Brel et Brassens avant de découvrir le Rock. La sueur sur son visage fait le lien avec le grand Jacques. Il reprendra quelques une de ces chansons bien plus tard (« ne me quitte pas » et « la quête » entres autres)

« Salut les copains » c’est bien sur le mot de passe de toute la jeunesse branchée sur l’émission d’Europe n°1. « Salut les copains » signé « Johnny Hallyday » l’émission a son aval.

Et puis, il y a la tenue vestimentaire. Le rocker endiablé porte une chemise blanche, un costume bleu nuit avec plein de brillant comme les futures années du Glam Rock. Loin des tenues de rigueur « blouson noire » et « 501 Levis » Johnny fait la différence. On peut adorer le Rock et porter des bouts de manchettes en or. Oui, le rock & roll n’est pas seulement une musique pour les blousons noires, mais pour tout le monde. Tout ce qui ose franchir le pas lorsque Johnny nous dit « Viens danser le Twist ». Un appel vers la liberté, les premiers pas vers l’explosion des idées de mai 1968…
A noter une pochette en carton et un poster sur l’édition originale de 1961. Le Cd reprendra ce format dans sa version sortie en mars 2000.

Valeur collector : certaine édition peuvent atteindre 500 euros. (Voir livre l’argus des disques de Johnny Hallyday par Didier lesseur)
Réédité en vinyle à 3000 exemplaires en mai 2009 en version d’origine (très luxueuse), mais sans trace de la marque PHILIPS…

LE SON
La version CD Digipack 24 Bits sortie en mars 2000 a un excellent son, mais la version de la collection officielle de 2011-2012 a encore plus de relief et de dynamique…Incroyable !
Tous les titres n’ont pas étaient enregistrés dans le même studio, certains à Londres et d’autres à Paris.
A Londres, il faut noter la présence des musiciens d’Eddie Cocrhan… cccccccccccccccccccc

LES MORCEAUX



« Wap dou wap »(B) 1961 ( Jil & Jan / Johnny Hallyday) 2'12
Véritable cris de ralliement. C’est un original signé Johnny Hallyday pour la musique et les fameux Jil & Jan pour les paroles. Signature déjà connu de la période Vogue. Johnny fait encore preuve qu’il sait signer des bons morceaux toujours bien dans l’air du temps. Les paroles ne sont pas sans intérêt car elle vente le bon coté du twist en montrant son aspect sensuel « Ta taille souple qui ondule me met dans tous les états… ».Cela ouvre les yeux à tous les rockers pures et dures qui ne voit dans le twist qu’une récupération bourgeoises du rock and roll.
Une façon de dire que cette autre musique au rythme excitant va peut être plus loin que le vulgaire Rock and Roll.
Le twist peut en effet exciter les oreilles, mais aussi les yeux…

« Si tu me téléphones » (B) 1961 (C.Nicolas / G.Garvarentz ) 2'40
Une sonnerie de téléphone et c’est reparti pour ce rythme plein de jeunesse. Jeunesse épiée par les parents, a qui il faut tout expliquer comme dans un commissariat. La jeunesse doit rendre des comptes, mais ou est la liberté ?
Après 1968, plus jamais une chanson avec des paroles hurlant la soumission existera. La prise de conscience ne fait que commencée…à travers un Johnny Twistant comme un diable pour ce libéré le corps, mais songe déjà à libérer l’esprit…


« Retiens la nuit » (B) 1961 ( C.Aznavour / G.Garvarentz ) 2'53
Chanté face à la jeune Catherine Deneuve, ce morceau accompagnera bien des phantasmes…
Ce slow est bouillant, Charles Aznavour et son complice Garvarentz qui ont écrit ce morceau imagine très fort une nuit d’amour jusqu’à la fin du monde. Comme on voudra plus tard en 1968…

« Nous, quand on s’embrasse » (B) 1961High school confidential( R.Hargrave / J.Lee Lewis ) 2'39
Reprise endiablé de « High school confidential » du Killer Jerry Lee Lewis., Quel Rock and roll… !
L’une des meilleures reprises de rock chanté en français, avec des paroles des géniaux Jil&Jan.
Paroles assez osées et accentuées par un Johnny complètement déchaîné à la pensé d’embrasser comme ça…
‘Ouais ouais encore, encore » hurle le pauvre Johnny à travers un déluge de sonorité mélangeant guitare et saxo en solo.
C’est le 1er titre enregistré à Londres par Johnny, et je crois que Johnny voulait certainement clouer le bec aux petits anglais pour chanter avec une telle furie…Une merveille !

« Twistin’USA » (B) 1961 ( K.Man ) Adapt: G.Bertret - R.Desbois 2'25
« Tout le monde Twist… » Dit dès le départ Johnny, c’est parti Johnny s’accroche comme un diable à ce nouveau rythme car tous les groupes de rock se lancent eux à fond dans ce nouveau rythme, comme pour détrôner l’idole des jeunes. Johnny balance alors un Twist endiablé, à fond les manettes, Johnny déboule comme une bombe dans le milieu du Twist, à nous faire presque oublié que cette musique vient de Miami et non de Memphis…

« Toi qui regrettes » (A) 1961 ( Jil & jan / Johnny Hallyday ) 3'08
Le deuxième slow du disque avec une musique de Johnny et des paroles de Jil & Jan. Les regrets, le blues plein les poches, un Johnny plein de souvenirs comme un vieux mari, Johnny ne sensibilise pas seulement la jeunesse…
Solo de guitare à la sonorité pure chat sauvage…



« Sam’di soir » (B) 1962 ( C.Aznavour / G. Garvarentz ) 3'02
Après le slow, retour non pas au Twist, mais au bon vieux Rock and Roll endiablé…
Véritable cris de jeunesse écrit par Charles Aznavour « ça chahute, ça chauffe, ça cris…on s’éclate…tout est permis…délivré…tout le monde vit sa vie… » Hurlement de saxo accompagné d’un Johnny hurlant des « One more time » et autres cris made in USA jusqu’au final hystérique. Johnny représente bien cette nouvelle jeunesse qui chamboule tout.


« Viens danser le twist » (A) 1961Let's twist again( K.Mann - D.Appel) Adapt : G.Gosset
Le giga tube, qui passera dans toutes les boums jusqu’aux années 70’S.
« Venez les copains…rien n’y résiste… » Tous ces petits culs qui se dandinent…Une jeunesse bien joyeuse, qui ne pense qu’à danser, à séduire avant de partir sous les drapeaux…

« Let’s twist again » (A) 1961 ( K.Mann - D.Appel) 2'06
Encore une fois, en Anglais cette fois-ci, et toujours toutes ces gonzesses qui remuent leurs popotins…


« Douce violence » (A) 1961( G.Garvarentz - C.Nicolas / G.Garvarentz ) 2'22
Retour au slow, quel magnifique disque pour accompagner les surprises parties…Après avoir vue toutes ces fesses qui ont twister, on emballe la marchandise…
Douce violence tout un programme. « Une vie qui s’illimite, des nuits sans sommeil, les tendres réveils, les désirs qui se rassemblent, l’insouciance… »

« Danse le twist avec moi » (B) 1961Dance the mess around ( K.Mann - D.Appel) Adapt : J.Dambrois 2'17
Et c’est repartie pour un Twist, ce soir le King du Twist c’est Johnny…Sacré Johnny quel magnifique bluffeur, qui nous fait croire que le Twist et lui ne font qu’un…

« Tu peux la prendre » (A) 1961 You can have her ( B.Cook ) Adapt : André salvet - Lucien Morisse ) 2'38
Tiens un gospel endiablé adapté en Twist, idée de Lucien Morise le gourou de Dalida… Encore Johnny sur les pas de Dalida, il donne sa version Rock and Rollisé comme dans les habitudes de Johnny lorsqu’il pioche dans les idées de Morise. Le pauvre Lucien, il ne cassera pas le disque cette fois ci (voir les années Vogue).

« Avec une poignée de terre » (A) 1961 Hundred pounds of clay ( K.Rogers - L.Dixon - B.Elgin ) Adapt : M.Roblin- R.Révil 2'12
Tiens Manou Roblin crédité dans l’adaptation, la future parolières des rocks les plus terribles…
Ici les paroles est un hommage caché au corps de toutes les Brigitte Bardot de l’époque…Sacré Manou !

« Il faut saisir sa chance » (A) 1961( C.Aznavour / G. Garvarentz ) 2'44
Encore un bon Rock signé par Charles Aznavour et G.Garvarentz.
Johnny habitera carrément chez Charles pendant plusieurs mois. Et l’alchimie de cette rencontre et au summum à travers ce morceau alliant paroles intelligentes et fougue dans la musicalité.
« Je veux de l’expérience…Travailler nuit et jour pour forger son destin…Saisir l’amour, lui donner tout son être et plus encore…vivre sa vie comme elle vient » hurlement de saxo batterie cognant au plus fort « Je veux lancer au ciel le cris de ma jeunesse pour défier le temps… »

Bonus tracks

« Ya ya Twist »
Twist avec un magnifique solo de guitare, très Hawaïen comme la rythmique. Original avec des paroles bien Bluesy.

« La faute au Twist »
Encore un Johnny déchainé comme un rockeur furieux, on est loin du Twist dansé dans les milieux chic, c’est du Twist de voyous là… « On était un petit gris, ce rythme existant plait à l’amour et on a tout fait pour plaire à l’amour…n’est ce pas la faute à ton corps ?… » Quelle époque !
avatar
SLUNKY

Messages : 346
Date d'inscription : 14/08/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING: N°15 Salut les copains!

Message  salentina le Ven 18 Mai - 9:57

Slunky.... on attend un recueil de tous ces décryptages... ça serait vraiment un plus pour tous les fans Very Happy
avatar
salentina

Messages : 3017
Date d'inscription : 03/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING: N°15 Salut les copains!

Message  SLUNKY le Ven 18 Mai - 22:08

salentina a écrit:Slunky.... on attend un recueil de tous ces décryptages... ça serait vraiment un plus pour tous les fans Very Happy

Je vais faire un effort pour vous en donner d'autres.
avatar
SLUNKY

Messages : 346
Date d'inscription : 14/08/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING: N°15 Salut les copains!

Message  Yuna le Dim 20 Mai - 15:15

Merci pour ces débrief Slunky.
avatar
Yuna

Messages : 4792
Date d'inscription : 09/02/2008
Age : 28
Localisation : Isère/Savoie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING: N°15 Salut les copains!

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum