LE DEBRIEFING N°30: Quelque part un aigle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LE DEBRIEFING N°30: Quelque part un aigle

Message  oscar2 le Jeu 26 Avr - 15:23

« Je préparerai en douce ma dernière grande connerie » toute la philosophie de ce grand gamin qu'est resté Johnny est résumée dans cette phrase extraite de SAGE POUR VOUS.

En voici un album qui va à coup sûr diviser nos débriefeurs (que j'espère nombreux sur ce coup), car la perception que l'on peut en avoir dépend de beaucoup de facteurs différents, le moment où on l'a découvert aussi est très important, si on le découvre aujourd hui il va immanquablement paraître tres daté, mais remis dans son contexte d'origine cet album sort a peine 4 mois après le tres classique « Pas facile » imaginez notre étonnement dubitatif à l'époque.

Chaque album de Johnny n'a pas pour vocation de délivrer le classique ou le tube ultime et c'est bien le cas de celui-ci où l'artiste et son nouveau team nous invite plutôt à le suivre vers de nouveaux horizons musicaux , toujours rock sur le fond mais aventureux dans la forme et comme tout chercheur qui expérimente il sait qu'il y aura du déchet, des ratages , mais aussi de fameuses trouvailles, seul le temps et le recul fera ou ne fera pas l'affaire.

En 1982 nous ne somme pas encore dans les glorieuses (et catastrophiques) 80's musicalement parlant, le disco à bel et bien rendu l'âme, Prince, Madonna et Michael Jackson, en france Indochine, Les Ritas etc,, qui vont regner sur les hit-parades de la décénie ne sont encore qu'en gestation ou en rodage,
Avec U2, Simple Minds, The Clash, The Bontom rats etc, la new-wave et ses dérivés posent les bases d'un nouveau rock , c'est dans cette veine que s'inscrivent quelques titres de l'album de Johnny (à l'époque même Libé à adoré, c'est dire), sauf que Johnny s'inscrit dans un mouvement beaucoup plus underground (peu etre a l'insu de son plein gré) « la cold-wave » des Stranglers, Gary numan, In Tua Nua et consorts ,,, beaucoup plus aventureuse et inégale , donc fatalement beaucoup moins acceptable et compréhensible pour l'auditeur moyen.

Johnny veut avancer ,,, mais son public est il prêt a le suivre , là est toute la question !

Le remasters est tres bon , il nous délivre un bon gros son qui tache, que demander de plus !

La partie Live des bonus est assez anarchique , le medley provient de l'édition originale de 1982 alors que le WHOLE LOTTA SHAKIN' ainsi que le solo de batterie qui précede sont de l'édition 2003, l' enchainement trouve ici un équilibre parfait , alors que sur le Live de 2003 qui est sensé etre un concert non découpé l'enchainement MEDLEY/LE BON TEMPS DU ROCK/WHOLE LOTTA SHAKIN' semble bien moins naturel , allez comprendre !!!

Bref ceci étant dit passons au débrief

Alors 30 ans plus tard,,,



avatar
oscar2

Messages : 2143
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 49

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING N°30: Quelque part un aigle

Message  oscar2 le Jeu 26 Avr - 15:33


LA CAISSE : Un réel sang neuf souffle dès ce premier titre, pour moi une vrai claque dans la gueule , d'emblée j'ai adoré cette voix, ce lifting musical , cette prise de risque , avec le recul seul les choeurs me paraissent un peu cheap , le reste est pour toujours du grand Johnny , un titre à réhabiliter d'urgence...9/10

SAGE POUR VOUS : La belle ballade que voilà , inoffensive de prime abord elle fini par se révéler vénéneuse dans ses méandres, quelques bons effets la rende moins lisse que d'autres, c'est un peu la version noire et dépressive de « J'ai oublié de vivre »... 8/10

ON VA VOUS EN DONNER DU ROCK : Le voici ce nouveau rock en construction, pour l'avoir vu et entendu sur scene début 82 je peux vous dire que ça dynamitait le concert d'une façon rarement entendue depuis , et comme en prime c'est un putain de bon titre bourré de clin d'oeil et de second degré, que vouloir de plus.. 9/10

MERCREDI MATIN : En voici une chanson atypique , un texte très littéraire quasi inchantable et tout en nuances, ampli de regrets , d'amertume et d'un humour très noir assez salvateur « Faut avoir La Santé,, enfin façon de parler » , une mise en musique digne d'une mise en abime avec ce tempo tres lent frappé comme une sentence vers le bûcher, puis viens le long solo de violon où nos pensées voyagent comme celles de ce prisonnier doivent s'envoler et là cette fin abrupte au son glaçant des immenses portes qui se referment, frissons garantis, pour moi il s'agit là ni plus ni moins de la meilleure chanson « carcérale » de tout le répertoire de Johnny... 10/10

L'HOSTO : Tres gros son et tres bonne énergie d'entrée, mais arrivé au refrain ça retombe comme un soufflé trop tôt sorti du four, le texte trop gaguesque et répétitif n'aidant pas non plus, il reste tout de même un rythmique de plomb, un solo de guitare infernal et un chant hargneux assez jouissif... 6/10

MON AMERIQUE A MOI :Aie ! La pure mauvaise idée qui semble géniale à la première écoute , mais qui s'avère indigeste, tout cela devient tres vite lassant et théatral , limite sur-interpreté, même si je ne le zappe pas quand j'écoute l'album car il me ramène beaucoup de souvenirs je le trouve aujourd hui vraiment trop trop kitch... 6/10

MONTPELLIER : Contrairement a l'avis général que j'ai cru lire ici et là sur ce forum ce titre ne m'a jamais vraiment convaincu , passé les deux premier couplets il devient on ne peut plus banal , les clap-hand et les choeurs des refrains ont salement encaissés les années aussi...7/10

CURE DE BLUES :Cette dernière collaboration Hallyday/Mallory avant de longues années semble rescapée des sessions d' En pièces détachées en ce qui concerne le texte, en tout cas l'esprit est le même et personnellement j'adore cet esprit et ce genre de chanson diablement éfficace et sans fioritures... 8/10

DECALAGE HORAIRE : Un exervice de style pour terminé l'album, entre rétro, souvenirs d'une déjà longue carrière et départ pour de nouvelles aventures.. décalées, la fin qu'on peut trouver too much m'amuse toujours... 7/10




Bonus :


GABRIELA : Une tres bonne version musicalement parlant, vraiment bien actualisée sans tomber dans le cliché eighties,, 9/10

TE SIGO FIEL : Je préfère nettement la version française , musicalement c'est la même bande son , mais la chanson est bonne donc,, 7/10

BLACK ES NOIR : Une version quand même assez catastrophique il faut bien l'avouer, même si après avoir entendu une vieille version télé sous le titre « Blanc c'est blanc » que les plus anciens doivent connaître plus rien ne m'étonne ,, 4/10

NON SI VIVE COSI : Bah c'est la version italienne quoi, pour la version espagnole la musique sera habilement rafraîchie,, 8/10

SOLO UNA PREGHERA :Alors gros dossier, oui ce titre est honteusement kitch j'en suis conscient, il serait quasi insortable aujourd hui sans se faire allumer de toutes parts, mais que voulez vous moi je l'adore ce titre, je le trouve résolument rock dans l'esprit , presque transgressif et je l'assume avec fierté, selon moi c'est ce genre d'ovni improbable qui fait que Johnny restera pour toujours hors de portée de toute concurrence,, 10/10



Bonus live PDS 82 : ( montage de l'édition originale de 82 et de la réédition 2003)


MEDLEY ROCK'N'ROLL :
-Da dou ron ron
-Elle est terrible
-La fille de l'été dernier
-Souvenirs souvenirs
-37ème étage
-Oh Carole
-Johnny reviens !
-Blue suede shoes
-Rien que 8 jours
-Tutti frutti
-La bagarre 

:Certainement le meilleur medley Live de toute la carrière de Johnny, ça roule , c'est fluide , rapide, direct, dansant, percutant, un must ,,10/10

WHOLE LOTTA SHAKIN'GOIN'ON : ,,,dans la continuité ,,10/10



Moyenne de l'album original : 7,8
Moyenne de l'édition collection : 8,0
avatar
oscar2

Messages : 2143
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 49

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING N°30: Quelque part un aigle

Message  Jango le Jeu 26 Avr - 16:27

Album le plus expérimental de Johnny sans doute (avec Hamlet), album mal connu, mal aimé, quasiment 100% inédit pour moi et merci à La Collection pour ça et pour le livret qui s’avère particulièrement pertinent dans ce genre de cas. On ne peut d’ailleurs pas dire qu’il prenne vraiment la défense de l’album ce livret, les auteurs évitent habilement la polémique, mais c’est de bonne guerre dans une collection officielle!

C’est aussi l’ouverture d’une période mal aimée de Johnny, «les années Billon», dont j’ai tenté de prendre la défense à travers mon débrief de «La Peur». cet album a eu 8 car malgré le son qui a vieilli, la grandiloquence datée et les fautes de goût dans les arrangements je lui trouve énormément de charme et d’efficacité. Il peut donc sembler un peu ingrat de dire du mal de «Quelque Part Un Aigle» qui vient de la même équipe à peine six mois plus tôt. Mais c’est précisément l’impression qu’il me donne: d’avoir été sorti six mois trop tôt. Par moment on dirait un prototype un peu raté de La Peur. Certaines chansons semblent d’ailleurs se répondre ou se doubler. C’est très subjectif j’en ai conscience, et comme j’apprécie qu’on respecte que j’apprécie La Peur et que je savais avant même de lire son débrief qu’Oscar aimait beaucoup cet opus, je ne vois pas d’intérêt à être méprisant. Loin de là. Je le dis une fois pour toute: je n’aime pas le son, le feeling «cold wave» de cet album qui m’apparaît mécanique, sans profondeur, synthétique. C’est en partie du à la «mode» de l’époque, mais pourquoi ça ne me dérange pas sur La Peur, gang ou RNR Attitude? Sans doute parce que les chansons sont plus fortes à mes yeux (ou à mes oreilles!) et les textes (mon cheval de bataille décidément) plus aboutis et plus évocateurs que cash, sans distance comme c’est le cas ici. Je ne parlerais donc pas d’échec car j’ai le sentiment que l’album doit ressembler à ce que Billon et Johnny on voulu faire. Peut-être que Jamais Seul (que j’aime vraiment bien) est un futur Quelque Part Un Aigle? On adhère pas forcément mais on doit reconnaître l’audace et la valeur de la démarche.

Ce long préambule étant fait, je vais m’attarder sur chaque chanson le plus objectivement possible.

LA CAISSE: Longtemps la seule chanson que je connaissais de cet album. Et ce n’est pas peut dire qu’elle m’a intriguée! Ça ne ressemble à rien d’autre dans la disco de Johnny, à part peut-être l’horrible La Garce. L’esprit est définitivement rock, les sons artificiels intriguent mais au final ne me convainquent pas... Il manque un refrain à cette chanson pour qu’elle s’envole vraiment. La voix de Johnny j’adore, le texte est pas mal même s’il pousse les métaphores un peu loin... J’ai beau la réécouter et la réécouter, je reste sur cette impression mitigée. Tantôt j’aime, tantôt ça m’agace! 6,5/10

SAGE POUR VOUS: Ici c’est plus clair. Très beau texte, moins inspiré que J’Ai Oublié De Vivre (du même Billon), mais direct et touchant. Par contre musique fade et sans imagination. 6,5/10

ON VA VOUS EN DONNER DU ROCK: Boris Bergman moi j’ai toujours eu du mal! Je sais qu’il est très respecté dans la chanson française, principalement grâce à Bashung, mais pour moi c’est surtout beaucoup d’effets de manche littéraires. Ceci dit ce titre se défend par son énergie noire, un refrain accrocheur, une ambiance qui préfigure La Peur... Pas si mal 7/10

MERCREDI MATIN: À rajouter au panthéon des chansons carcérales de Johnny, un thème qui lui réussit presque toujours. C’est bien sûr le cas ici. Texte et musique font dans le simple mais délicat. C’est infiniment touchant. On rêve de ce que ce titre aurait pu donner avec un son à la «Vie» ou «Rivière...», de quoi enterrer «La Fille Au Cheveux Blonds»! En l’état, Billon Bouad et Loubet on le goût de ne pas en faire trop. 8/10

L’HOSTO: Non là j’atteins mes limites... Je sais pas si c’est de l’humour ou de la misogynie, et je m’en fous parce que musicalement ça m’indiffère au plus haut point... 4/10

MON AMÉRIQUE À MOI: Celle-là je l’avais découverte dans le docu «Johnny par Hallyday». Dommage de n’avoir sorti l’orchestre que pour ce titre-ci... Je le trouvais touchante sur les images du road trip. C’est un beau texte mais qui ne devrait pas être dit par Johnny. Aujourd’hui qu’il a l’expérience des planches il ferait peut-être ça mieux, mais comme à chaque fois qu’il se lance dans ce genre d’exercice je me dis que je préfèrerait l’entendre chanter! Reste tout de même une ambiance prenante, des images qui vous collent à la tête... Un ovni attachant pour les fans 6/10

MONTPELLIER: Comme Oscar, ce titre je n’arrête pas d’en entendre parler sur ce forum. «Ah si seulement il pouvait rechanter Montpellier» peut-on lire sous beaucoup de plumes de fans. Un peu comme pour «Qu’est-ce que tu croyais?», je voudrait vraiment comprendre mais ça m’échappe. Ce n’est pas le pire, loin de là, mais ça ne fait pas non plus d’étincelles pour moi. Qu’est-ce qui en fait un favori de certains? Le côté autobiographique? Le ton quotidien et désespéré? Je lirais vos avis avec intérêt. 6/10

CURE DE BLUES: J’apprécie beaucoup Mallory. Mais quand on écoute ce titre, on comprend qu’ils avaient sans doute fait le tour de leur collaboration. On a l’impression qu’ils ont gratté dans le fond du plat pour voir s’ils pouvaient pas encore en tirer une chanson vite fait... 4/10

DÉCALAGE HORAIRE: Les bruitages et le «sketch» à la fin me filent de l’urticaire! Les couplets commencent comme un blues sympa, mais le refrain me perd complètement. Impression de fourre-tout. 3/10

GABRIELA/TE SIGO FIEL/NON SI VIVE COSI: Comme à mon habitude je ne me prononce pas sur les adaptations étrangères. Quant aux versions 82 j’attendrai le volume dédié. Pour l’instant je suis impatient de les découvrir, mais plus par curiosité que par conviction au vu de ce que j’ai déjà entendu... ;-/

SOLO UNE PREGHIERA: Comme ce titre est un des rares (seuls?) en italien à n’être pas adapté d’une chanson française je vais me fendre d’un avis tout en précisant que je ne comprends pas les paroles à part quelques bribes. Salentina nous a déjà dit sur un autre sujet qu’il n’y avait malheureusement pas grand bien à en penser. C’est un peu un crève coeur ce titre car objectivement c’est une idée vraiment incongrue (Stand By Me + Ave Maria?!) et le résultat est kitsh au possible. Pas une heure de gloire de Johnny et pourtant... Pourtant il y a un je ne sais quoi qui flotte... Comme un gros péché mignon qui finit par vous trotter dans la tête malgré vous. Il n’y a que lui pour porter un «truc» comme ça aussi haut malgré tout. L’enthousiasme d’Oscar me fait même relever ma note de 6 à 7, mais quand même pas plus Wink 7/10

MEDLEY ROCK’N’ROLL/WHOLE LOTTE SHAKING GOING ON: Par contre là, pour le coup, je m’inscris en faux, désolé! Pour moi au contraire un des medley rock les moins convaincants. Les extraits sont beaucoup trop courts, l’orchestre est trop sage. À l’image ça donne bien sur le final du DVD, à l’écoute ça me laisse un peu froid. 6/10

Au final «Quelque part un aigle» restera pour moi une curiosité. Je ne trouve pas que ce soit un album honteux car il est audacieux à sa manière, mais il ne me convainc pas sur la longueur. Je réécouterai quelques titres toujours avec plaisir mais il n’y a pas là de classiques pour mon panthéon personnel et cela fait que la note générale est extrêmement basse et l’envoi dans le fond du classement, sans toutefois «égaler» Ce Que Je Sais, un album que je trouve, lui, sans âme. Il me reste à découvrir encore «Pas Facile» et «En Pièces Détachées» qui sont les deux derniers opus que je connais très mal pour me faire une idée de cette période souvent mal considérée du début des années 80.

NOTE GÉNÉRALE: 6/10

Flagrant Délit 9/10
Rock'n'Roll Attitude 8,5
Cadillac 8,5
Lorada 8,5
La Terre Promise 8,5
Insolitudes (sans bonus) 8,5

Gang 8
Les Enfants Du Rock 8
La Peur 8
Ça Ne Change Pas Un Homme 8
Rivière... Ouvre Ton Lit 8
Jeune Homme 8
Solitudes à deux 8
Rock À Memphis 8

Jamais Seul 7,5
Le Coeur d'Un Homme 7,5
Hollywood 7,5
Vie 7,5
Johnny 67 7,5

Drôle De Métier 7
Derrière L'Amour 7
La Génération Perdue 7
Les Rocks Les Plus Terribles 7
À La Vie, À La Mort 7
Sang Pour Sang 7
Salut Les Copains 7
Rock’n’Slow 7
Je t’aime, je t’aime, je t’aime 7

C'est La Vie 6,5
Ça Ne Finira Jamais 6,5
Ma Vérité 6
Quelque Part Un Aigle 6
Ce Que Je Sais 5,5

avatar
Jango

Messages : 3922
Date d'inscription : 01/02/2011
Age : 33
Localisation : Bruxelles

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING N°30: Quelque part un aigle

Message  Jango le Jeu 26 Avr - 16:36

Petite mise à jour Smile

avatar
Jango

Messages : 3922
Date d'inscription : 01/02/2011
Age : 33
Localisation : Bruxelles

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING N°30: Quelque part un aigle

Message  Yuna le Jeu 26 Avr - 22:55

Je ne connais pas cet album alors j'ai lu attentivement vos avis en écoutant les p'tits extraits que le site de la Fnac veut bien nous donner Very Happy .

Du peu que j'ai entendu d'"On va vous en donner du rock", je reconnais aussi ce p'tit côté latent de "La peur", et puis moi non plus Montpellier ne m'a jamais fait plus d'effets que ça.
avatar
Yuna

Messages : 4792
Date d'inscription : 09/02/2008
Age : 28
Localisation : Isère/Savoie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING N°30: Quelque part un aigle

Message  Invité le Ven 27 Avr - 6:17

Par contre Mercredi matin, un coup de cœur énorme.... Un titre rare chez Johnny et j'aime ca.
merci pour ce travail d'analyse....

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING N°30: Quelque part un aigle

Message  laurent54 le Ven 27 Avr - 6:28

Pour Montpellier sur scène ,c'était toujours un régal et c'était telllement Johnny !......Mais difficile à expliquer effectivement ,privilège de l'ancienneté si on veut ......


Amitié .


lolo
avatar
laurent54

Messages : 1668
Date d'inscription : 04/02/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING N°30: Quelque part un aigle

Message  oscar2 le Ven 27 Avr - 14:49

Jango a écrit: c’est précisément l’impression qu’il me donne: d’avoir été sorti six mois trop tôt. Par moment on dirait un prototype un peu raté de La Peur. Certaines chansons semblent d’ailleurs se répondre ou se doubler. C’est très subjectif j’en ai conscience




Singulière impression en effet, puisque je ressens exactement le contraire à savoir que la peur me parait comme la version "variétisée et aseptisée" de Quelque part un aigle.


Mais c'est bien là tout l'interet des nos débriefs n'est ce pas!
avatar
oscar2

Messages : 2143
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 49

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING N°30: Quelque part un aigle

Message  Jango le Ven 27 Avr - 15:33

Tout à fait! Smile

En même temps je crois que nos points de vues sont cohérents. Dans le sens où il y a clairement un lien entre les deux albums, mais que le résultat final est très différent. Il est certain que La Peur est plus axé variété et "commercial". D'une certaine façon peut-être qu'ils ne pouvaient que diviser!


Dernière édition par Jango le Ven 27 Avr - 15:34, édité 1 fois
avatar
Jango

Messages : 3922
Date d'inscription : 01/02/2011
Age : 33
Localisation : Bruxelles

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING N°30: Quelque part un aigle

Message  Jango le Ven 27 Avr - 15:34

laurent54 a écrit:Pour Montpellier sur scène ,c'était toujours un régal et c'était telllement Johnny !......Mais difficile à expliquer effectivement ,privilège de l'ancienneté si on veut ......


Amitié .


lolo

Sans doute alors le plaisir qu'avait Johnny à la chanter à l'époque était-il communicatif, ça fait toujours un beau moment dans ces cas là! Smile
avatar
Jango

Messages : 3922
Date d'inscription : 01/02/2011
Age : 33
Localisation : Bruxelles

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING N°30: Quelque part un aigle

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum