DEBRIEFING N° 25: Rock à Memphis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

DEBRIEFING N° 25: Rock à Memphis

Message  oscar2 le Mar 14 Fév - 18:15

Johnny goes to Memphis... relax but not this time

Retour aux sources du rock une dizaine d’années apres Les rocks les plus terribles et une autre dizaine avant Nashville 84, c’est cyclique chez Johnny , tous les 10 ans il a besoin de retrouver ses bases et ses racines musicales, en 96 ce sera Vegas , en 2006 La cigale et sa set-list ancestrale, vivement 2015…

Cet album là mon vieux Waw il est terrible ! et à plus d’un titre, musicalement tout d’abord quel punch ! une replongée dans des titres fondateurs avec une relecture seventies où l’acquis et l’expérience des 15 ans de carrière de l’artiste s’avère salvateur.
Jerry Lee avait fait le chemin inverse 2 ans plus tôt, lui l’enfant du Tennessee était venu chercher un souffle nouveau dans la vieille Angleterre où avec entre autre Gary Wright ( une bonne connaissance à notre Johnny) il enregistrera ses London sessions devenues culte aujourd hui .Là c’est notre Johnny qui débarque chez les Yankees avec ses santiags, ses tartines de rillettes et le génial Chris Kimsey aux manettes, avec cerise sur le gâteau 2 paroliers au sommet de leur art, Long Chris et Mallory qui vont de par leurs textes donner un coup de fouet énorme à ces adaptations, la naîveté des textes sixties fait place à un humour et second degré irrésistible, que du bonheur.

Pour l’anecdote, il y a quelques jours j’ai fait écouté cet album à un jeune ami à moi , pas fan de Johnny pour un sou mais sans pour autant le détester, mais bon a 22 ans l’image qu’il a de Johnny est plutôt celle d’un vieux de la vieille qui a toujours copié les ricains à la sauce de chez nous et qui fait de la variètoche depuis qu’il est en age de s’interresser, un gars intelligent et assez curieux de toutes les musiques que pour prêter attention 45 min , et bien ce ptit gars élevé aux sons et styles d’aujourd hui a pris une claque , au point de me faire repasser quelques titres plusieurs fois tant il les trouve géniaux , grace a leurs textes bourrés d’ironie Dégage, Jeanie Jeanie, Miss Molly & Qu’est ce que tu fais a l’école l’on réellement scotché , il m’a ensuite demandé si je pouvais lui prêter 4 ou 5 albums a découvrir… mission réussie !


Etonnament le remasters n’est pas renversant, presqu’aucune amélioration depuis 2003, quand on repense au travail accompli sur Les rocks les plus terribles c’est incompréhensible.

Le livret offre un beau portrait de ce qu’étaient les concerts de Johnny en cette année 75 assez méconnue coté Live.

… verdict 37 ans après…
avatar
oscar2

Messages : 2143
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 49

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: DEBRIEFING N° 25: Rock à Memphis

Message  oscar2 le Mar 14 Fév - 18:16


MA CHERIE, C’EST MOI : Un titre d’ouverture qui fut chanté sur scène presque sans interruption de 75 à 82, un gros travail de fond est operé sur ce titre, personnellement j’y reconnais à peine le My baby left me original, c’est pratiquement un autre titre à l’arrivée, pas le plus réussi de l’album mais une belle entrée en matière.. 8/10

37ème ETAGE : Cette chanson malgré sa durée très courte m’épuise, les arrangements me donnent vraiment l’impression que je grimpe les étages aussi, superbe travail et superbe adaptation, finalement j’aurais bien gravi 37 étages de plus.. 9/10

LA FILLE DE L’ETE DERNIER : Très bonne adaptation de Summertime blues , devenu depuis lors un petit classique du répertoire de scène et une classique de Johnny tout court .. 9/10

DEGAGE : Et vlan ! meilleur que le slow down original il fallait le faire, un titre speed et hargneux à souhait , l’un des tous grands rock de Johnny.. 10/10

JEANIE, JEANIE ET TA SŒUR : Qu’est-ce que c’est macho !! mais qu’est-ce que c’est drôle et jouissif et comme en plus musicalement ça arrache.. on obtient un must.. 10/10

MA MISSISSIPPI QUEEN : Alors celle là où est il allé la repêcher ? inconnue au bataillon et pourtant j’en connais un paquet de classiques des années 50 depuis le temps, toujours aussi nerveux musicalement mais plus lassant car trop répétitif , le texte n’arrive pas non plus à la hauteur des autres.. 6,5/10

TUTTI FRUTTI: Il aura donc fallu plus de 15 ans pour que Johnny ne se décide enfin à graver sa version studio de ce hit qu’il chante depuis 1958, une version furieuse et totalement maîtrisée , du grand art rock’n’rollien aussi pur que l’original du petit richard.. 10/10

MEMPHIS USA: Aah enfin , ce bon vieux Chuck commençait à manquer dans la sélection, on a pas attendu pour rien tant cette relecture est parfaite, un texte très finaud en forme d’hommage détourné ainsi qu’un périple dans tous nos souvenirs , fussent-ils réels ou fantasmés, avec en prime un solo de guitare 4 étoiles.. 9/10

OH! SALLY: Le ton s’est durci depuis 64, Sally en prend pour son grade, en même temps ça faisait 10 ans qu’il l’avait prévenue hein !.. 7/10

COMME UN FOU: Une semi-pause qui ferait presque figure de slow dans cet album a 100 à l’heure, une version joliment troussée avec classe qui retrouve un peu le ton naîf du début des sixties, avec en prime les mythiques JORDANAIRES du king en personne.. 7,5/10

QU’EST-CE QUE TU FAIS A L’ECOLE : La première adaptation de 61 était un peu brouillonne , justice est rendue a ce brûlot du killer avec ce 2ème essai transformé haut la main, j’adooore ce texte et que dire du piano !.. 10/10

UN GARCON SUR LA ROUTE : L’une des adaptations les moins réussies selon moi, faut dire que le titre original est moins percutant aussi..6,5/10

ADIEU MISS MOLLY : Et un final d’anthologie, tout est parfait dans cette version, texte hilarant, rythme survolté, chant énervé pour ne pas dire excité , un monument incompréhensiblement ignoré sur scène depuis toujours.. 10/10




Bonus:

TRAIN SANS ESPOIR: Titre écarté du choix final , il offre pourtant une dynamique différente de la majorité de l’album, plus rockabilly peut-être , un bon repêchage .. 7/10

E TU SEI TU : Sans juger la langue , la prise de son à 2 balles de la voix dans cette adaptation n’aide vraiment pas, on dirait que Johnny l’a rechanté au téléphone ou dans les cabinets , bizarre ou avez dit bizarre ..tiens comme c’est bizarre !!.. 5/10




Live PDS 76 (extraites de l’édition 2003)

LA FILLE DE L’ETE DERNIER : Une première version live un peu verte , j’ai même tendance à la trouver un peu mollassonne.. 7/10

37ème ETAGE : Mieux , mais toujours un peu mou , le son de ce live 76 doit y etre pour quelque chose.. 7/10

MA CHERIE, C’EST MOI : Même remarque, et en plus cette version est ralentie par rapport à la version studio.. 6,5/10





Moyenne de l’album original : 8.7
Moyenne de l’édition collection : 8.0


avatar
oscar2

Messages : 2143
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 49

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: DEBRIEFING N° 25: Rock à Memphis

Message  Jango le Mar 14 Fév - 23:01

Même constat de départ, tous les dix ans à peu près Johnny nous fait le coup du retour aux sources, avec un album et/ou un spectacle consacré à ses racines musicales et à chaque fois il forge par là sa légende, y compris dans la polémique parfois (Vegas, le Coeur d’un Homme et la rupture avec Universal). Et tous les dix ans c’est un immense plaisir pour les fans de retrouver ce Johnny plus franc, plus authentique et qui n’est jamais aussi bon que quand il chante toutes ces musiques qu’il aime... Ce Rock à Memphis renvoie directement aux années 60 à une époque où Johnny sort d’une période faste, remplies d’album plus «adultes» (Insolitudes, Flagrant Délit) et avant des albums plus «commerciaux» (Derrière l’Amour, C’est La Vie). Dans cette perspective, cet album est une vraie curiosité par l'insouciance et la liberté qui s’en dégagent. Les textes (tous signés Mallory ou Long Chris, complices de longue date) sont volontairement légers. Trop légers? C’est la limite de l’album pour moi. Rendre hommage au sixties bien sûr, mais on aurait pu assumer l’époque et l’âge de Johnny. Enfin, le principal reste que les adaptations sonnent bien, que ça roule, que ça «roll», et c’est là-dessus que je m’attarderai dans mon débrief. Autre bémol, si les musiciens ricains sont indéniablement des bêtes on ne peut s’empêcher de les trouver un peu sur pilote automatique parfois. Restent Johnny, en parfaite forme vocale, et le rock’n’roll!

MA CHÉRIE C’EST MOI: Difficile de croire que ce titre date de 75! Tous les ingrédients des rocks «les plus terribles» sont intacts! 8,5/10

37ÈME ÉTAGE: Le refrain est très amusant et reste en tête, les couplets sont un peu plus laborieux 7/10

LA FILLE DE L’ÉTÉ DERNIER: Devenu un classique et à juste titre. Ce titre est d’un fun implacable! 10/10

DÉGAGE: Idem! Avec ces quatre premiers titres cet album commence très fort! 10/10

JEANIE, JEANIE ET TA SOEUR: La première fois que j’ai entendu ce titre il m’a sincèrement fait rire de bon coeur. Aujourd’hui il reste un de mes chouchous. Musicalement ça arrache, je ne saurais mieux dire, bref c’est bon! 9/10

MA MISSISSIPPI QUEEN: Ça retombe un bon coup quand même... Les paroles semblent plaquées et ne swinguent pas du tout. Le syndrome «pilote automatique» se fait aussi entendre. Dommage 5/10

TUTTI FRUTTI: À chaque fois que Johnny s’empare de ce titre c’est un carton plein! 10/10

MEMPHIS USA: Difficile de retourner à cette adaptation bien trop littéraire après l’excellente version de Vegas 96 par Philippe Labro. D’ailleurs Johnny a du se rendre compte que ça ne prenait pas pour commander une nouvelle adaptation dans ce spectacle où il a repris de nombreux morceaux de cet album tels quels. Je crois qu’un des problèmes est qu’un pied a sauté artificiellement («c’est la source du blu-ues», «remplir ma vali-ise» etc...) alors que la seconde adaptation respecte le rythme de l’original. Si on touche à Chuck berry il faut le faire avec prudence! 6/10

OH! SALLY: Deuxième essai d’adaptation de ce gros standard (après les Rocks Les Plus Terribles), deuxième résultat mitigé. Reste le rythme d’enfer insufflé par les musiciens 6/10

COMME UN FOU: Une adaptation sans prétention, mais très appréciable. Prendra encore mieux à Vegas (21 ans plus tard...) 7/10

QU’EST-CE QUE TU FAIS À L’ÉCOLE: Je suis désolé mais faire rimer «école» avec «école» cinq fois dans le seul refrain, c’est pas le sommet de l’inventivité. L’esprit de ce titre jugé scandaleusement provocateur en son temps est pourtant là (High School Confidential dispute à Rock Around The Clock le titre de premier titre rock’n’roll) et difficile de ne pas avoir envie de se déhancher. 6,5/10

UN GARÇON SUR LA ROUTE: Tentative d’un texte un peu plus recherché. Dommage qu’il rime si peu, dans un rock’n’roll ça ne pardonne pas... 6,5/10

ADIEU MISS MOLLY: Une histoire croquignolesque mais quel énergie et c’est bien le principal! Ici on se hisse sans peine au-dessus de la version 64 7,5/10

TRAIN SANS ESPOIR: Ce titre n’aura pas eu de chance dans la carrière de Johnny, toujours écarté au dernier moment. Et pourtant l’effort est d’excellente facture 7,5/10

E TU SEI TU: Comme de tradition je ne note pas les adaptations en langue étrangère, mais je dis quand même que celle-ci me semble sonner particulièrement bien en bouche! Pour tout dire je le préférais bien à la version française!

LA FILLE DE L’ÉTÉ DERNIER: Les extraits live sont très proches des prises studios (ce qui est normal, c’est la tournée qui suit). Ça fait donc un peu doublon, mais l’énergie du live est toujours salvatrice 10/10

37ÈME ÉTAGE: 7/10

MA CHÉRIE C’EST MOI: 8,5/10

Au final, un album qui commence très très fort puis se tasse franchement passé la moitié. Néanmoins, un album pur rock’n’roll comme on aimerait en avoir plus!

NOTE GÉNÉRALE 8/10

Flagrant Délit 9/10
Rock'n'Roll Attitude 8,5
Cadillac 8,5
Lorada 8,5
Insolitudes (sans bonus) 8,5

Gang 8
Les Enfants Du Rock 8
La Peur 8
Ça Ne Change Pas Un Homme 8
Rivière... Ouvre Ton Lit 8
Rock À Memphis 8

Jamais Seul 7,5
Le Coeur d'Un Homme 7,5
Hollywood 7,5
Vie 7,5
Johnny 67 7,5

Drôle De Métier 7
Derrière L'Amour 7
La Génération Perdue 7
Les Rocks Les Plus Terribles 7
À La Vie, À La Mort 7
Sang Pour Sang 7
Salut Les Copains 7
Je t’aime, je t’aime, je t’aime 7

C'est La Vie 6,5
Ça Ne Finira Jamais 6,5
Ma Vérité 6
Ce Que Je Sais 5,5
avatar
Jango

Messages : 3922
Date d'inscription : 01/02/2011
Age : 33
Localisation : Bruxelles

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: DEBRIEFING N° 25: Rock à Memphis

Message  oscar2 le Mar 14 Fév - 23:13

beau débrief , tu as tout a fait raison pour le "pilotage automatique", je n'arrivais pas à le définir mais c'est tout a fait ça

Pour MEMPHIS USA , c'est Jean Fauque (complice de Bashung) qui à fait l'adaptation de 96 ( que je trouve moins réussie) lol
avatar
oscar2

Messages : 2143
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 49

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: DEBRIEFING N° 25: Rock à Memphis

Message  Jango le Mar 14 Fév - 23:28

Merci pour la précision (et le compliment Wink ), j'associe tellement cet album au retour de Labro que j'ai fait le raccourci. C'est vraiment trop loin d'ici ce Memphis Tennessee... Wink
avatar
Jango

Messages : 3922
Date d'inscription : 01/02/2011
Age : 33
Localisation : Bruxelles

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: DEBRIEFING N° 25: Rock à Memphis

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum