L'album Posthume

Page 31 sur 41 Précédent  1 ... 17 ... 30, 31, 32 ... 36 ... 41  Suivant

Aller en bas

L'album Posthume - Page 31 Empty Re: L'album Posthume

Message  lugo62 le Lun 15 Oct - 16:37

pomme a écrit:https://twitter.com/gregzlap
Réponse de Greg à l'article paru dans le JDD

La legende de la photo est surtout très mauvais oú quand les journalistes ne font pas le job à fond
lugo62
lugo62

Messages : 8517
Date d'inscription : 19/05/2009
Age : 37
Localisation : pres de troyes mais originaire de lens

Revenir en haut Aller en bas

L'album Posthume - Page 31 Empty Re: L'album Posthume

Message  FREDOROCK78 le Lun 15 Oct - 16:40

J'imagine que si Greg Zlap n'a pas participé à la finition de l'album c'est aussi parce qu’il n'y a pas participé au début. Non?
Et son tweet n'a rien d'accusateur bien que certain aimeraient le détourner, il précise juste qu'il n'a pas participé à l'album contrairement à la photo publiée il y a quelques jours et sur laquelle il figure. Photo qui laissait entendre selon l'article de presse qu'elle est issue de l'enregistrement du disque.
FREDOROCK78
FREDOROCK78

Messages : 626
Date d'inscription : 13/12/2017
Age : 43
Localisation : 78

Revenir en haut Aller en bas

L'album Posthume - Page 31 Empty Re: L'album Posthume

Message  djeef35 le Lun 15 Oct - 16:55

Un article du Huffington post à la suite de la séance d'écoute réservée à la presse ce jour.

https://m.huffingtonpost.fr/2018/10/15/johnny-hallyday-jen-parlerai-au-diable-on-a-ecoute-lalbum-posthume_a_23561549/

Envoyé depuis l'appli Topic'it

djeef35

Messages : 1839
Date d'inscription : 04/02/2008
Age : 38
Localisation : Saint-Brieuc

Revenir en haut Aller en bas

L'album Posthume - Page 31 Empty Re: L'album Posthume

Message  Phil le Lun 15 Oct - 17:12

J’ai été invité ce jour à la conférence de presse
Album rock génial
Mon pays c’est l’amour c’est un rock à couper le souffle
Une seule ballade et encore on ne sait pas s’empêcher de bouger
En résumé l’album c’est du rock et encore du rock

--------------------------------------------------------------------
L'album Posthume - Page 31 3733729711

http://www.hallyday.com

Un site fait par des fans pour les fans (et les autres!)
Phil
Phil
Admin
Admin

Messages : 6793
Date d'inscription : 21/01/2008
Localisation : On me recherche sur www.hallyday.com

http://www.hallyday.com

Revenir en haut Aller en bas

L'album Posthume - Page 31 Empty Re: L'album Posthume

Message  jeremy le Lun 15 Oct - 17:14

Phil a écrit:J’ai été invité ce jour à la  conférence de presse
Album rock génial
Mon pays c’est l’amour c’est un rock à couper le souffle
Une seule ballade et encore on ne sait pas s’empêcher de bouger
En résumé l’album c’est du rock et encore du rock

Quelques détails supplémentaires sur les titres (paroles, musiques) ???
jeremy
jeremy

Messages : 319
Date d'inscription : 17/02/2008
Age : 45
Localisation : Epernay

Revenir en haut Aller en bas

L'album Posthume - Page 31 Empty Re: L'album Posthume

Message  cédric fcjhco le Lun 15 Oct - 17:19

Ko, je viens de me prendre un uppercut, le meilleur album de la période Warner. Si vous le voulez je vous donnerai plus de détails ce soir !!
cédric fcjhco
cédric fcjhco

Messages : 1353
Date d'inscription : 06/02/2013
Age : 36
Localisation : boulogne sur mer

http://www.clubjohnnyhallyday-cotedopale.com/

Revenir en haut Aller en bas

L'album Posthume - Page 31 Empty Re: L'album Posthume

Message  lugo62 le Lun 15 Oct - 17:19

Phil a écrit:J’ai été invité ce jour à la  conférence de presse
Album rock génial
Mon pays c’est l’amour c’est un rock à couper le souffle
Une seule ballade et encore on ne sait pas s’empêcher de bouger
En résumé l’album c’est du rock et encore du rock

Donc si ce titre est estampillé rock , ça ferait déjà fermer des bouches...
lugo62
lugo62

Messages : 8517
Date d'inscription : 19/05/2009
Age : 37
Localisation : pres de troyes mais originaire de lens

Revenir en haut Aller en bas

L'album Posthume - Page 31 Empty Re: L'album Posthume

Message  Vivian le Lun 15 Oct - 17:30

Merci pour ces precisions ,tres rock super ça !!!
Vivian
Vivian

Messages : 149
Date d'inscription : 04/04/2011
Age : 61
Localisation : a coté de DUNKERQUE

Revenir en haut Aller en bas

L'album Posthume - Page 31 Empty Re: L'album Posthume

Message  FREDOROCK78 le Lun 15 Oct - 17:39

«Mon pays c’est l’amour c’est un rock à couper le souffle »
Ha bon? J’avais lu ici par les je sais tout que cela allait être une grosse guimauve ha ha !

Les quelques mots de Phil sur son écoute font encore monter mon impatience d’être au 19!!
FREDOROCK78
FREDOROCK78

Messages : 626
Date d'inscription : 13/12/2017
Age : 43
Localisation : 78

Revenir en haut Aller en bas

L'album Posthume - Page 31 Empty Re: L'album Posthume

Message  The unforgiven II le Lun 15 Oct - 17:55

jeremy a écrit:
Phil a écrit:J’ai été invité ce jour à la  conférence de presse
Album rock génial
Mon pays c’est l’amour c’est un rock à couper le souffle
Une seule ballade et encore on ne sait pas s’empêcher de bouger
En résumé l’album c’est du rock et encore du rock

Quelques détails supplémentaires sur les titres (paroles, musiques) ???

Dans le lien donnée par djeef35 de l'article du Huffington Wink

L'album Posthume - Page 31 Dims?crop=3024%2C3629%2C0%2C402&quality=85&format=jpg&resize=630%2C756&image_uri=https%3A%2F%2Fmedia-mbst-pub-ue1.s3.amazonaws
The unforgiven II
The unforgiven II

Messages : 117
Date d'inscription : 24/06/2011
Age : 32

http://lecoeurdurnr.spiritradios.net/

Revenir en haut Aller en bas

L'album Posthume - Page 31 Empty Re: L'album Posthume

Message  rphilippe276 le Lun 15 Oct - 18:13

rphilippe276 a écrit: Mon point de vue sur l'album à venir, j'aime la pochette, même si elle date, j'aime pas le titre, mais peut-être que ce morceau déchire et qu'on va être sur le cul... J'ai évidement pré commandé le CD et le vinyle et contrairement à certains, Sinon juste pour terminer, la date de sortie de l'album est excellente, c'est le jour de mon anniversaire...

Finalement je n'ai pas pu résister à lire vos commentaires, et du coup voici ce que j'avais dit à propos du titre de l'album...
rphilippe276
rphilippe276

Messages : 105
Date d'inscription : 07/09/2018
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

L'album Posthume - Page 31 Empty Re: L'album Posthume

Message  Gilou 31 le Lun 15 Oct - 18:51

Bingo ! Laughing ce que j'avais prévu ici de longue date s'avère exact
c'est bien TF1 qui va lui dérouler le tapis rouge à "mamour" Laughing
elle sera au 20 h de vendredi soir
Gilou 31
Gilou 31

Messages : 142
Date d'inscription : 30/03/2010
Age : 67
Localisation : 31. Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

L'album Posthume - Page 31 Empty Re: L'album Posthume

Message  Luc D le Lun 15 Oct - 18:55

On a vu des images de Cassar en 2018

Quel est l'histoire de l'interlude ?

Est-ce qu'il n'a rien à faire ici ?
Luc D
Luc D

Messages : 4684
Date d'inscription : 07/08/2013
Age : 56
Localisation : Suisse romande

Revenir en haut Aller en bas

L'album Posthume - Page 31 Empty Re: L'album Posthume

Message  Vincent le Lun 15 Oct - 18:56

Vincent
Vincent

Messages : 370
Date d'inscription : 26/08/2008
Age : 55
Localisation : arcachon

Revenir en haut Aller en bas

L'album Posthume - Page 31 Empty Re: L'album Posthume

Message  PapiGégé le Lun 15 Oct - 19:12

Phil a écrit:J’ai été invité ce jour à la  conférence de presse
Album rock génial
Mon pays c’est l’amour c’est un rock à couper le souffle
Une seule ballade et encore on ne sait pas s’empêcher de bouger
En résumé l’album c’est du rock et encore du rock

Et voilà ! Il ne reste plus qu'à fermer le rideau sur toutes les âneries qui ont été écrites sur ce forum.
J'espère que la FNAC me livrera vendredi !
PapiGégé
PapiGégé

Messages : 396
Date d'inscription : 15/08/2009
Age : 70
Localisation : Lot et Garonne

Revenir en haut Aller en bas

L'album Posthume - Page 31 Empty Re: L'album Posthume

Message  JPM le Lun 15 Oct - 19:22

L'article du Huffington Post

MUSIQUE - Quatre jours avant la sortie de l'album posthume de Johnny Hallyday "Mon pays c'est l'amour" le 19 octobre prochain, la presse a pu tendre une oreille sur le disque tant attendu. Alors que Laeticia Hallyday est arrivée en France pour en faire la promotion en tant que veuve mais aussi en qualité de directrice artistique, Le HuffPost a écouté, accompagné de plusieurs dizaines de privilégiés, parmi lesquels une trentaine de fans du chanteur défunt, l'intégralité des onze titres inédits de ce 51e et dernier disque.

Intitulée "J'en parlerai au diable", la première piste sonne comme un testament du chanteur défunt. Le titre sera bien mis en avant sur les radios le jour de la sortie.

Après écoute, ce morceau se démarque clairement des dix autres pistes de l'album dont 800.000 exemplaires seront mis en vente. Avec sa tonalité rock, la chanson apparaît très engagée et fait penser, dans son engagement, au tube "Que je t'aime" du chanteur. Si Johnny Hallyday a enregistré ce titre quelques mois avant sa disparition en décembre 2017, il ne laisse rien transparaître sur l'état de santé qui a pu être le sien à ce moment-là.

"Si jamais on me dit que j'ai trahi, si jamais on me dit que j'ai menti", commence la chanson avant de dérouler les paroles suivantes: "Le jour viendra de respecter le pacte" / "J'en parlerai au diable, il saura m'écouter, asseoir ma vérité, l'homme que j'ai été" / "C'est en soliste que je lui en parlerai et j'assumerai mes choix" / "Si l'heure vient à sonner de m'asseoir à sa table et dire ma vérité".

Onze titres inédits

Dans sa globalité, on peut parler d'un album très "chargé". Au-delà de la première piste qui restera dans les mémoires, ce disque donne réellement l'effet d'un testament musical, plein de vie pour un album enregistré en fin de vie
Cet album fait le lien avec son oeuvre en général. A l'écoute, on pense donc à "Que je t'aime", ma;s aussi au "Pénitencier" de part le thème de la chanson "4m²" qui évoque les difficultés de l'univers carcéral. La piste 2 "Mon pays c'est l'amour" qui donne son nom au disque est un bel hommage aux années 60 avec un rythme à la Elvis Presley. Sans doute le titre coup de coeur du rockeur à l'écoute des propos de son musicien Yodelice.

La piste numéro 8 "L'Amérique de William" en référence à Tennessee Williams ne trahit pas ce que représentait l'écrivain pour le chanteur. "L'Amérique de Williams ce sont.../ les mégots de l'espoir qui fument encore sur les trottoirs / ce sont les villes fantômes sous la lune / ce sont des fleurs qui ont poussé sous la bannière étoilée", chante Johnny Hallyday.

Tantôt rock, tantôt délicat, l'album de Johnny, construit comme une set list de tournée, s'offre même un interlude musical de cuivres et de cordes en guise de 5e morceau.

Lors de la conférence de presse qui suit l'écoute de l'album, l'équipe de Warner (sa maison de disque) et ses collaborateurs proches dont Yodelice ont tenu à insister sur l'importance des fans dans la vie de Johnny. Comment l'interprète aurait-il pu mieux prouver son attachement à ces derniers qu'en choisissant de chanter un titre écrit par l'un d'eux? C'est le cas de la chanson très réussie "Tomber à genoux". A l'écoute on se dit même que ces paroles pourraient être signées de la main du rockeur.

L'album Posthume - Page 31 Warner11

JPM
Admin
Admin

Messages : 5656
Date d'inscription : 07/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

L'album Posthume - Page 31 Empty Re: L'album Posthume

Message  JPM le Lun 15 Oct - 19:28

L'article du Point

Devant la Warner baignée de soleil, les journalistes accrédités font la queue d'un côté, une trentaine de fans tirés au sort de l'autre. Pour l'armée de caméras qui les entoure, certains entonnent « Vivre pour le meilleur » et « Que je t'aime ». Le dispositif est ultra-securisé : il faut monter patte blanche (enfin sa carte d'identité et son carton d'invitation nominatif) pour pénétrer dans la salle de concert de la maison de disque, transformée en salle d'écoute. Ici, ambiance Johnny garantie : ambiance tamisée par des lampions, tapis épais, guitares et valises de cuir empilées. Là, assis dans des fauteuils profonds équipés d'un casque Bluetooth, on peut enfin entendre Mon pays c'est l'amour, le nouveau – et dernier album du Taulier, qui sortira vendredi à minuit (800 000 exemplaires seront mis en circulation et certains points de vente resteront exceptionnellement ouverts à cette heure avancée de la nuit pour l'occasion).

Un petit cahier noir estampillé de la couverture de l'album est distribué (les mauvais élèves qui ont oublié leurs fournitures seront contents). Une boîte de mouchoirs est même posée discrètement sur la table, au cas où l'émotion submergerait l'auditoire (si possible face aux caméras braquées sur eux). Et puis c'est parti, l'album s'ouvre sur « J'en parlerai au diable ». « Si jamais on me dit que j'ai trahi ou menti, je viendrai répondre de mes actes et je ne me cacherai pas. J'en parlerai au diable », entame de sa voix forte et roucoulante, d'une pureté qu'on ne lui connaissait plus. Évidemment, les 49 autres journalistes dont les casques lumineux brillent lorsqu'ils remuent la tête se demandent tous si c'est un message à ceux qui critiqueraient son héritage... D'ailleurs, dans « Mon pays, c'est l'amour », un morceau rockabilly en diable justement, Johnny arrive à monter assez haut dans les aiguës quand il chante : « Je viens d'un pays où j'ai choisi de naître (...) Un pays qui ne m'a jamais quitté. » On se souvient que certains avaient critiqué choix du titre de cet album, y voyant une référence aux procédures judiciaires entre Laeticia Hallyday, la veuve, et les deux aînés du chanteur. Selon les proches de Laura Smet, celui-ci aurait choisi « Made in rock'n'roll », troisième titre uptempo (une adaptation de « Let the Good Times Roll » de JD McPherson) dans lequel il avertit pourtant « l'argent, il s'épuisera bien avant moi ». Mais quand on demande à Sébastien Farran, manager de Johnny, s'ils n'avaient pas peur que ce choix, vu le contexte, soit mal interprété, celui-ci balaye notre question d'un revers de la main : « Vous auriez voulu l'appeler comment, 4 m2 ? » Une attachée de presse reprend notre micro. Fin de la discussion. « Pardonne-moi si tu rêvais d'un autre que moi (...) Si je tombe, si je n'ai pas pu faire des adieux », poursuit-il dans « Pardonne-moi ».

Mais revenons à la musique. Ce 51e et dernier album est un bon album de Johnny Hallyday, dans la lignée des précédents, blues, rock, avec des chansons efficaces, pas du tout sombre ou testamentaire (comme les derniers albums de Leonard Cohen ou David Bowie), mais avec plus de cordes (qui ont été ajoutées après sa mort), ce qui donne un aspect dramatique à l'ensemble. L'interlude de corde et de cuivre est digne de la fin d'un film (quand le héros meurt), mais est placé au milieu du disque. Quant aux thèmes des chansons, ils sont fidèles au Elvis français : la passion pour l'Amérique et ses grands espaces (« L'Amérique de William »), l'amour (« Back in LA », la meilleure chanson selon nous), les blessures de l'enfance (« Un enfant du siècle ») et la prison (« 4 m2 », un thème qui lui est cher).

À la fin de l'écoute, les journalistes ont vingt minutes avant la conférence de presse pour recueillir les impressions des fans (pratique). « On peut applaudir Johnny Hallyday tout là-haut, ça devrait lui plaire », déclare le président de Warner France

L'album Posthume - Page 31 Warner12

JPM
Admin
Admin

Messages : 5656
Date d'inscription : 07/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

L'album Posthume - Page 31 Empty Re: L'album Posthume

Message  JPM le Lun 15 Oct - 19:36

L'article de Télérama


“Mon pays c'est l'amour”, l’album posthume de Johnny Hallyday, dont la sortie est prévue le 19 octobre, était dévoilé aujourd’hui à la presse et à quelques fans triés sur le volet. Après (une première) écoute, on reste un peu sur notre faim, malgré plusieurs chansons émouvantes.


Il y a l'album de Johnny. Et tout ce qui va avec. Suffisamment peu ordinaire pour qu'on le raconte. D'abord, les invitations envoyées à des journalistes triés sur le volet... mais très nombreux (au moins quatre-vingt) ; tous conviés pour écouter le disque et assister à une conférence de presse, en présence notamment de Maxim Nucci (compositeur et réalisateur de l'album), de Sébastien Farran (manageur de feu Johnny), mais en l'absence de Læticia. Ensuite, le coup de fil de l'attachée de presse qui précise la feuille de route : il sera interdit d'enregistrer quoi que ce soit, de filmer la conférence de presse et même de poser des questions hors musique. On se demande bien de quoi d'autre on aurait envie de parler.

A l'heure dite, nous voilà donc rue du Mont-Cenis, Paris 18e, au siège de Warner France. Une file d'attente s'étire devant le bâtiment. Ou plutôt deux files : celle des fans (vraiment triés sur le volet pour le coup, puisqu'ils ne sont qu'une petite trentaine), et celle des journalistes. Les plus motivés poireautent depuis quarante minutes. D'un coup d’œil, on repère nos confrères des principaux médias, écrit, télé, radio. Et passé la sécurité, une ribambelle d’hôtesses nous accueillent : c'est l'heure de la distribution du badge et du bracelet qui vont nous permettre d'accéder au saint des saints – la salle d'écoute. Avant, il faudra encore signer en deux exemplaires un engagement de confidentialité. « Vous mettez votre nom ici, celui de votre média, et vous signez en bas ». Soyons honnête : on signera sans lire. On suppose – on espère – qu'on ne s'est engagé à rien d'autre de ce à quoi on a déjà dit oui par téléphone.




Dans la salle, ambiance feutrée, lumière tamisée, canapés. Distribution de casques bluetooth. Un représentant du label (enfin, on suppose) vient dire deux mots de présentation, histoire de nous rappeler à quel point le moment est historique... Et c'est parti. Dans une semi-obscurité, les dizaines de journalistes, sagement réunis, ressemblent à des lucioles, avec sur la tête les petites lumières bleues des casques. Quant au disque, il commence fort, à tous points de vue (qui a réglé le volume à fond ?). Et plutôt bien. Après une intro qui rappelle curieusement Que je t'aime, la voix de Johnny fait son entrée, impeccable. Voire, saisissante. On l'avait presque oubliée, elle nous revient, comme une évidence. Comme une tour Eiffel qui apparaîtrait subitement au détour d'une rue. Le titre d'ouverture, J'en parlerai au Diable, est une vraie réussite, à tous points de vue : le texte de Pierre Jouishomme (déjà auteur pour Johnny dans le passé) balance ente le bilan de vie et le jugement dernier. Ce qui, sur un disque posthume, lui donne d'emblée une forme de profondeur. On note quelques paroles à la volée : « Si j'ai trop flirté avec les limites, je ne vais pas le nier ». Johnny assume, mauvais garçon au cœur tendre. Le chanteur est mort, mais le personnage est bel et bien de retour.

Efficacité musicale

Au deuxième titre, changement d'ambiance. Inattendu : nous voici plongé en plein rock fifties, façon Elvis. Comme du temps de ses débuts. Mon pays c'est l'amour, qui donne son nom à l'album, est une chanson sympathique qui fera sans doute taper du pied, sans apporter quoi que ce soit de fondamental. Johnny avait-il émis le souhait de se rapprocher de ses racines musicales dans cet ultime album ? La chanson suivante, en tout cas, enfonce le clou : Made in Rock'n'roll, est l'adaptation d'un vieux standard américain, The good times roll. « C'est pas le temps qui va user ma carcasse »... Une déclaration d'infaillibilité, dont l'efficacité musicale plaira sans doute aux amateurs de rock primal.

Les fans, eux, sont aux anges. Plusieurs écoutent les yeux fermés, le sourire aux lèvres, et certains, la larme à l’œil. Il faut dire que la voix, encore et toujours, impressionne au fil des morceaux : elle est rageuse et pleine de vie, alors que le chanteur était malade au moment de l'enregistrement. Ne serait-ce que pour cela, son chant tient de la performance. Capable d'explorer divers registres : dans Pardonne-moi, balade d'amour blessé où il est fait allusion à la mort, c'est le Johnny douceur que l'on retrouve. Celui qui doute, et qui le confie dans un long crescendo, avec le solo de guitare qui arrive pile quand on s'y attend, et des cordes dignes de Still loving you de Scorpions...

Pause. Ou plutôt Interlude. Une petite respiration purement musicale signée Yvan Cassar, esprit musique de films hollywoodien. La charnière du disque. Malheureusement, car sa seconde partie va développer bien moins d'attraits et de nuances que la première. Les cinq morceaux suivants affichent pour la plupart un son rock FM appuyé, pas délicat pour deux sous, sur des textes sans surprise : 4m2 raconte le quotidien d'un taulard (encore une façon de boucler la boucle, cinquante ans et quelque après Le Pénitencier ?) ; Back in LA, ou surtout le très bluesy L'Amérique de William (Klein ? Eggleston ?) plongent dans l'imagerie américaine. C'est l'univers de Johnny, à la limite du cliché. Délivré avec puissance. A l'inverse, le titre de clôture réintroduit une fragilité qui ne pourra que toucher : Je ne suis qu'un homme (qui fait écho à J'en parlerai au Diable) réintroduit un grand orchestre et des cuivres qui s'en donnent à choeurs joie. Montée d'émotion. « J'aurais voulu rester pour le pire et le meilleur, mais je ne suis qu'un homme ». Joli mot de la fin.

Même malade, Johnny pouvait tout chanter

En conclusion, qu'en retenir ? Que l'album est moins sophistiqué que le précédent, De l'amour (2015), dans le fond comme la forme (pas de textes un peu politiques, par exemple, comme celui que Jeanne Cherhal avait pu écrire). Qu'il est inégal, ponctué à la fois de belles chansons, émouvantes, et de titres poussifs – au cours de la conférence de presse, Yodélice expliquera que Johnny envisageait de se lancer dans une nouvelle tournée des stades... D'où, peut-être, des choix musicaux peu dans la nuance. Qu'il balaye à peu près tous les styles musicaux qui ont composé la carrière de Johnny, des vieux rock'n'roll aux balades épiques. Mais surtout, que la voix, forte mais jamais agressive, devrait mettre tout le monde d'accord. Même malade, il semble que Johnny pouvait tout chanter.

Mon pays c'est l'amour sera disponible dans la nuit de jeudi à vendredi, à minuit et une minute, sur toutes les plate-formes de téléchargement. 800 000 exemplaires seront aussi mis en place. Warner vise les 100 000 copies vendues à l'issue du premier week-end.

JPM
Admin
Admin

Messages : 5656
Date d'inscription : 07/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

L'album Posthume - Page 31 Empty Re: L'album Posthume

Message  Luc D le Lun 15 Oct - 19:38

William Eggleston selon le parisien

http://www.leparisien.fr/culture-loisirs/musique/on-a-ecoute-l-album-posthume-de-johnny-hallyday-15-10-2018-7919550.php

Plus probable que Tennessee Williams
de l'Huffington
Luc D
Luc D

Messages : 4684
Date d'inscription : 07/08/2013
Age : 56
Localisation : Suisse romande

Revenir en haut Aller en bas

L'album Posthume - Page 31 Empty Re: L'album Posthume

Message  JPM le Lun 15 Oct - 19:39

France Info

Warner music avait convié lundi après-midi la presse et une trentaine de fans à écouter le nouvel album de Johnny Hallyday, "Mon pays, c'est l'amour". Dans une ambiance cosy mais totalement verrouillée. Nous y étions. Voici nos premières impressions.


"Mon pays c'est l'amour" est un album de dix chansons et un interlude. Johnny Hallyday, mort le 5 décembre 2017, a enregistré son 51e album l'an dernier en deux sessions, au mois de mars 2017 puis d'août à octobre. Il s'agit d'un disque très rock, très américain, dans lequel Johnny renoue clairement avec ses premières amours. Un album doté d'une énergie folle, où il parle beaucoup d'amour et où sa voix, très mise en avant, est plus puissante que jamais.

Chez Warner dans la pénombre
L'écoute qui se déroule dans une salle chez Warner plongée dans la pénombre, s'avère émouvante. Une salle que Johnny aimait beaucoup et dans laquelle il a répété ses deux derniers albums. Journalistes et fans découvrons tous ce disque avec un casque lumineux sur les oreilles.

L'album débute avec "J'en parlerai au diable", une ballade un peu rock empreinte d'une certaine gravité. Les paroles disent "il saura écouter l'homme que j'ai été". "J'ai trop flirté avec les limites, je ne vais pas le nier, j'assumerai mes choix". On sent qu'il évoque la mort en homme droit dans ses bottes, qui l'affronte mais ne la subit pas.

"Mon pays c'est l'amour", pièce maîtresse
Le second titre est un brûlot rock très rythmé qui donne son titre à l'album : "Mon pays c'est l'amour" rappelle l'énergie folle des titres qu'il chantait au début des années 60, à la "Elle est terrible", adaptée de Eddie Cochran, avec beaucoup de guitares et de cuivres. En l'écoutant on sent que Johnny s'amuse, que c'est un homme heureux qui renoue avec ses deux grandes passions : l'amour et le rock'n'roll. Et que pour combattre ce qu'il vit dans son corps, l'énergie de ses musiciens lui permet de faire face et de prendre du plaisir.

"Le volcan au fond de moi ne s'éteint pas"
Vient ensuite une reprise, "Made in Rock and Roll", une adaptation très rock de "Let The Good Times Roll" sur un texte de Pierre-Dominique Burgaud, dans laquelle il dit que "c'est pas le temps qui va user ma carcasse, c'est pas l'argent qui va me faire tenir en place." Puis "Pardonne moi", une chanson au rythme lent dont l'orchestration va crescendo, dans lequel il évoque aussi la mort de sa voix de stentor tout en se montrant combatif : "Le volcan au fond de moi ne s'éteint pas".

"4 M2" parle de l'univers carcéral. Comme dans "Les portes du pénitencier", il se met dans la peau d'un prisonnier. "Retour dans les cellules, rappel des matricules", sont les premiers mots de la chanson, tandis que le refrain dit "Quatre mètres carrés et des poussières c'est la dimension de l'enfer, Quatre mètres carrés et des poussières c'est la mesure de ma misère". Les paroles sont de Pierre Yves Lebert et la musique de Yodelice.

L'Amérique des grands espaces
Après "Back in LA", une autre chanson très rock, presque stonienne, agrémentée de choeurs féminins signée Miossec et Yodelice, "L'Amérique de William" retient l'attention. Signée de l'écrivain Jérôme Attal, qui a ainsi écrit sa troisième chanson pour Johnny, cette ballade country parle du photographe William Egglestone. Johnny a aimé cette chanson car elle parle de l'Amérique des grands espaces, des motels qui attendent qu'une chambre se libère, de la ville en Kodachrome. Il se trouve que l'année précédente Johnny a effectué un road trip avec des copains en moto et on sent que ce fou des Etats-Unis prend plaisir à chanter cette Amérique-là.

"Un enfant du siècle" sort les guitares façon "Toute la musique que j'aime", "Tomber encore" est une magnifique chanson d'amour, sa voix est superbe et enlace les solos de six cordes et un piano. Les paroles ont été écrites par un fan, Boris Lanneau, qui avait proposé ses services il y a deux ans. L'album se referme avec "Je ne suis qu'un homme", une façon de rappeler qu'il n'était fait que de chair et pas immortel.

Un Johnny proche de ses racines rock
A l'issue de cette première écoute, on réalise combien Johnny ne s'est jamais laissé abattre, faisant preuve d'une énergie folle jusqu'au bout pour sa musique. On sent qu'il a pris son pied avec ses musiciens Yarol Poupaud et Yodelice. Et on se doute que ces derniers l'ont aidé à tenir et à traverser une période difficile. On retrouve ici le Johnny qu'on aime, proche de ses racines rock, de l'Amérique, ivre de liberté. Un Johnny qui chante toujours l'amour de sa voix intacte. Cet album va forcément émouvoir les fans.

Très attendu, l'album a bénéficié d'une opération de promotion complexe et d'un verrouillage par sa maison de disques. Ce n'est que la semaine dernière que nous avons connu le nom des participants à cette écoute, suivie d'une conférence de presse, et noté l'absence de Laeticia Hallyday, qui a choisi de ne parler qu'à trois médias.

"Mon pays c'est l'amour" sera mis en vente dans la nuit de jeudi à vendredi 19 octobre, dès 00h01. Le disque bénéficiera d'une mise en place exceptionnelle de 800.000 exemplaires pour sa sortie, a indiqué Thierry Chassagne, le président de Warner. Il table sur un raz-de-marée et n'exclut pas d'avoir écoulé 100.000 exemplaires dès sa mise en vente, par le biais des pré-commandes.

JPM
Admin
Admin

Messages : 5656
Date d'inscription : 07/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

L'album Posthume - Page 31 Empty Re: L'album Posthume

Message  cédric fcjhco le Lun 15 Oct - 19:47

De la guimauve "mon pays c'est l'amour ", j'en reprendrais bien un bout !! Je parie qu'elle sera dans le top 3 de Zorba. La chanson "j'en parlerai au diable", vous met ko direct dès le début de l'album et la chanson "je ne suis qu'un homme" ... que dire ! Que Johnny a mis toute sa rage pour finir cet album, très prenant ce morceau !!
cédric fcjhco
cédric fcjhco

Messages : 1353
Date d'inscription : 06/02/2013
Age : 36
Localisation : boulogne sur mer

http://www.clubjohnnyhallyday-cotedopale.com/

Revenir en haut Aller en bas

L'album Posthume - Page 31 Empty Re: L'album Posthume

Message  le baron le Lun 15 Oct - 20:06

Tout le monde n'est pas aussi enthousiaste...... voilà un album bien difficile à apprécier ou pas vu me contexte mais on s'en doutait..

https://www.nouvelobs.com/culture/20181015.OBS3942/johnny-hallyday-nos-premieres-impressions-a-l-ecoute-de-l-album-mon-pays-c-est-l-amour.html

le baron
le baron

Messages : 900
Date d'inscription : 16/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

L'album Posthume - Page 31 Empty Re: L'album Posthume

Message  lugo62 le Lun 15 Oct - 20:14

le baron a écrit:Tout le monde n'est pas aussi enthousiaste...... voilà un album bien difficile à apprécier ou pas vu me contexte mais on s'en doutait..

https://www.nouvelobs.com/culture/20181015.OBS3942/johnny-hallyday-nos-premieres-impressions-a-l-ecoute-de-l-album-mon-pays-c-est-l-amour.html


Oui mais eux dés la première phrase de l’article , on sent qu’ils écrivent pour le demonter.
Là c’Est plus une question d’aimer ou pas l’album ( parce qu’on a le droit de pas aimer) , c’ Est juste un journaliste qui veut se faire du Hallyday....
lugo62
lugo62

Messages : 8517
Date d'inscription : 19/05/2009
Age : 37
Localisation : pres de troyes mais originaire de lens

Revenir en haut Aller en bas

L'album Posthume - Page 31 Empty Re: L'album Posthume

Message  serge44 le Lun 15 Oct - 20:28

Suite au lien de Le Baron, j'ai lu l'article de journal. Chacun son avis, mais quand on est journaliste et que l'on a les crédits de l'album devant soit c'est gênant d'écrire Michel MALLORY au lieu de Yohann MALORY. Ca ne fait pas très sérieux. Je cite cette journaliste professionnelle : Ils s’appellent Pierre Jouishomme, Michel Mallory, Hervé Le Sourd, Pierre-Yves Lebert ou, pire, Boris Lanneau (romancier).

serge44

Messages : 147
Date d'inscription : 17/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

L'album Posthume - Page 31 Empty Re: L'album Posthume

Message  FREDOROCK78 le Lun 15 Oct - 20:36

le baron a écrit:Tout le monde n'est pas aussi enthousiaste...... voilà un album bien difficile à apprécier ou pas vu me contexte mais on s'en doutait..

https://www.nouvelobs.com/culture/20181015.OBS3942/johnny-hallyday-nos-premieres-impressions-a-l-ecoute-de-l-album-mon-pays-c-est-l-amour.html


Le Nouvel Obs, journal de bourgeois-bohèmes de gauche à la ligne éditoriale ultra tracée, ne pouvait que faire ce genre de critique.
Avec sûrement les grandes lignes rédigées la veille de l'écoute tout en fumant un barreau de chaise et en sirautant un grand cru.  
À lire leur vomi on comprend tout de suite qu'ils n'aiment pas et n'aimeront jamais Johnny quoi qu'il arrive.
Je n'apporte aucun crédit à leur critique nauséabonde. C'est comme si il fallait apporter du crédit à une critique sur un album de bob marley faite  par le journal "minute" ou "national hebdo" (presse d'extrême droite)
No  No
FREDOROCK78
FREDOROCK78

Messages : 626
Date d'inscription : 13/12/2017
Age : 43
Localisation : 78

Revenir en haut Aller en bas

L'album Posthume - Page 31 Empty Re: L'album Posthume

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 31 sur 41 Précédent  1 ... 17 ... 30, 31, 32 ... 36 ... 41  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum