LES DEBRIEFING 45, 46 & 47: VERSIONS 82 & EN ETRANGER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LES DEBRIEFING 45, 46 & 47: VERSIONS 82 & EN ETRANGER

Message  Jango le Sam 16 Nov - 18:17

Salut à tous et merci de suivre ces débriefs «deuxième génération» depuis le départ tragique de notre ami Oscar. Les volumes 48, 49 et 50 nous réservent encore de beaux morceaux, mais en attendant voici un débrief un peu particulier. En effet, je choisis de regrouper trois volumes en un pour des raisons simples.

Depuis le début de la collection, je m’abstiens de «juger» les chansons dans les langues que je ne comprends pas car comment avoir un avis sur l’adaptation et sur la prononciation de Johnny dans ces conditions. Ce sont des curiosités, rarement très intéressantes. Je n’ai donc pas grand chose à dire sur le volume «En Etranger» qui n’est d’ailleurs pas un album original mais une compilation.

2) Il me paraît évident que les Versions 82 peuvent être considérées comme un double album. Donc un seul débrief.

Alors parlons-en de ces versions 82... Brieu et Chenut se donnent du mal pour faire semblant qu’elles sont une bonne idée et une belle surprise dans les livrets. Mais c’est peine perdue! La vérité on la connaît: volonté (très louable) de proposer une vraie intégrale, mais titres Vogue non accessibles (et dire qu’aujourd’hui ils sont dans le domaine public!). Du coup Johnny est prié de retourner en studio enregistrer des titres que pour certains il n’aimait déjà pas 20 ans plus tôt!

La légende veut que Johnny ait exigé que les musiciens fassent en sorte de retrouver le son studio du début des années soixante, mais à nouveau c’est une fausse bonne idée. Ce sont a disparu, point final. Ce qu’il convient de faire pour ressusciter ces titres pour la plupart mineurs c’est de les adapter à la sauce rock qui était leur inspiration d’origine.

Pour un exemple concret, comparez les versions 59, 82 et 2013 de Laisse Les Filles. La version originale a le charme des 17 ans de Johnny, d’une époque où la jeunesse se révèle à elle-même avec une impertinence qui nous semble aujourd’hui plutôt attendrissante. Et puis très tôt, Johnny a su s’entourer de bons musiciens. En 2013 ça ressemble d’abord à un gag avant de se transformer en une superbe surprise. Les musiciens sont excellents, le titre (composé par Johnny adolescent donc) reprend sa place dans le panthéon de son répertoire (c’est son premier succès) et dans celui du rock’n’roll old school, le swing est là, le clin d’oeil à ses débuts et à ses fans les plus acharnés fait mouche au sein d’une session acoustique plus intime. Mais en 1982, pardonnez-moi si vous n’êtes pas d’accord, on a juste l’impression d’entendre un vieux ringard dans une salle des fêtes pour le banquet d’un mariage beauf! Déjà chanter avec sérieux de telles paroles à 40 ans ça frise (je suis gentil) le ridicule, le faire en studio n’a pas de sens artistiquement, mais surtout, surtout, ce son, oh mon dieu ce son! «Roger Loubet et son orchestre» s’ils sont de vrais musiciens, parviennent à accomplir la performance de sonner comme des synthétiseurs! On est en dessous de Frank Michael, sur plusieurs titres on se croirait franchement dans la B.O. d’Hélène et Les Garçons! Deux sommets sont atteints avec Souvenirs, Souvenirs, une authentique bonne chanson absolument massacrée ici, et Itsy Bitsy Petit Bikini, qui était déjà ridicule à la base et devient pathétique (il fallait le laisser à Dalida!).

Bref, n’hésitez pas à donner votre avis, surtout s’il diffère du mien, ça m’intéresse vraiment, mais pour moi vous l’aurez compris c’est un naufrage tout simplement! Aucune de ces reprises n’arrive à la cheville de l’original, Johnny chante sans passion ni conviction (et on le comprend). Pour faire simple, j’ai écouté ces deux CD une fois au moment de leur sortie dans la collection, puis maintenant pour écrire ce texte. Et c’est tout. Je n’ai aucune raison de m’infliger ça!

En bonus nous trouvons sur le volume 1 des enregistrements privés qui se trouvaient pour la plupart sur le B.O. du film Jean-Philippe si je ne m’abuse. Ce sont des documents intéressants pour le fans (tout comme les versions 82 bien sûr), voire émouvants (pas comme les versions 82!), mais pas beaucoup plus. A noter tout de même Ce Sont Des Gosses dont c’est le seul enregistrement publié (je serais bien curieux de découvrir la version Las Vegas dont parle le livret).

Sur le volume 2 ce sont les version «club» de quelques classiques. Trois ans après avoir chanté «Je suis allergique au disco» ça fait un peu mal au bide... Mais bon.

QUE JE T’AIME: Cette version manque de la force qui a fait la réputation de ce titre sur scène, mais il faut reconnaître que les instrumentations utilisées ici influenceront fortement les futures versions live et que la version originale, n’était déjà pas, et de loin, la plus réussie.

LE PENITENCIER: Le titre qui y perd le plus tant la version originale était un petit bijou, le son «en carton» des années 80 ne réussi pas à ce blues est Johnny est étrangement en retrait.

NOIR C’EST NOIR: La version 82 la plus divergente de son modèle, et de loin! Impossible, à nouveau, d’arriver au niveau de l’original, mais dans l’idée d’un remix «dansant» cette version tire encore pas mal son épingle du jeu. Elle est kitsch c’est entendu, mais elle est pêchue, on peut prendre du plaisir à l’écouter. C’est le seul titre issu de ces deux volumes que je réécoute.

LA MUSIQUE QUE J’AIME: Une vraie dégringolade par rapport à l’original, à n’importe quelle version scénique ou même à la version 90, mais enfin ça reste un excellent titre qui sied à Johnny comme un perfecto!

Au final ces versions «Billon» un peu oubliées ne sont pas si mauvaises que cela, même si elles restent anecdotiques.

NOTE GENERALE: Je vais être très gentil et puisque les titres originaux font partie du patrimoine je vais donner une note de 5/10 à ces deux volumes, de telle façon qu’ils ferment le classement.

Enfin un petit mot sur le volume «En Etranger». D’abord pour remarquer que les choix sont un peu arbitraires. Pourquoi tel ou tel titre se sont-ils retrouvés éparpillés sur les volumes de la collection et d’autres sur cette compilation? N’aurait-il pas été plus logique de mettre deux cd dans le volume «Versions 82» et de consacrer deux volumes à part aux versions étrangères? Certes cela faisait un CD de plus dans la collection, mais ça permettait aussi d’inclure d’autres bonus sur certains volumes, par exemple des titres qui se retrouvent dans le volume «Loving You» ou d’autres qui ne se retrouvent nulle part! Enfin bon, il y a eu quelques étranges choix éditoriaux dans cette collection, c’est comme ça, même si globalement il faut la saluer!

Les adaptations en Anglais sont peu inspirées et souffrent de l’accent de Johnny à ses débuts. Pour moi ça sent le travail vite fait mal fait. Pas une surprise qu’elles soient restées confidentielles jusqu’à aujourd’hui. Plus intéressants sont les titres originaux, créés en langue étrangères!

LASS DIE LEUTE DOCH REDEN (avec Die Rattles): Pas possible pour moi d’évaluer l’Allemand de Johnny mais musicalement et vocalement ça balance sacrément! Ce titre est devenu un incontournable de mes listes de lecture sur cette période. Il y a eu une belle rencontre là entre Johnny et ces Rattles. On peut regretter que ça n’ait débouché sur rien de plus.

SENZA AMORE: Dans la veine «italienne» de Johnny (je veux parler des adaptations de Cocciante par exemple) ce titre ne dépareille pas. Dans la langue de Dante il faut sauver en faire des tonnes, et Johnny fait ça très bien sur le refrain!

DOMENICA DOMANI: Celle-ci j’aurais carrément bien aimé en entendre une version française! L’interprétation de Johnny est dramatique a souhait, le refrain nous prend bien aux tripes. Il ne reste pas beaucoup de rock, mais en variété c’est un très bon titre.

AVE MARIA: Dans sa version italienne ou espagnole ce titre reste un ovni et un crève-coeur. J’ai envie de le trouver ridicule, mais il y a quelque chose qui fonctionne. Coller Shubert et BB King et faire en sorte que ça ressemble à quelque chose, il n’y avait que Johnny pour réussir ça, ça force l’admiration!

Pour l’anecdote, en rassemblant tous les titres studio en langue étrangère, adaptations ou créations (hormis l’album Rough Town) dans mon ordinateur, j’obtiens 78 chansons tout de même! En anglais, en italien, en espagnol, en turc, en japonais et en allemand!

Merci à ceux qui auront lu ce pavé jusqu’au bout, n’hésitez pas à laisser vos impressions sur ces étranges volumes de la collection, et rendez-vous très vite pour les trois derniers débriefs, en version «classique» cette fois, promis! Smile

Flagrant Délit 9/10
Rock'n'Roll Attitude 8,5
Cadillac 8,5
Lorada 8,5
La Terre Promise 8,5
Insolitudes (sans bonus) 8,5

Gang 8
Rough Town 8
Les Enfants Du Rock 8
Destination Vegas 8
Ça Ne Change Pas Un Homme 8
Rivière... Ouvre Ton Lit 8
Jeune Homme 8
Hamlet 8
La Peur 8
Solitudes à deux 8
Rock À Memphis 8

Country-Folk-Rock 7,5
Jamais Seul 7,5
En Pièces Détachées 7,5
Le Coeur d'Un Homme 7,5
Halleluyah 7,5
Entre Violence et Violons/En V.O. 7,5
Hollywood 7,5
Vie 7,5
Johnny 67 7,5
Pas Facile 7,5

L’Attente 7
Drôle De Métier 7
Derrière L'Amour 7
La Génération Perdue 7
Les Rocks Les Plus Terribles 7
À La Vie, À La Mort 7
Sang Pour Sang 7
Salut Les Copains 7
Rock’n’Slow 7
Rêve Et Amour 7
Je t’aime, je t’aime, je t’aime 7
Nashville 1963 7

Les Bras En Croix 6,5
C'est La Vie 6,5
Ça Ne Finira Jamais 6,5
L’Idole Des Jeunes 6,5
Sings America's Rockin' Hits 6,5
Johnny Chante Hallyday 6
Ma Vérité 6
Quelque Part Un Aigle 6
Ce Que Je Sais 5,5
Versions 82 5/10
avatar
Jango

Messages : 3910
Date d'inscription : 01/02/2011
Age : 33
Localisation : Bruxelles

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES DEBRIEFING 45, 46 & 47: VERSIONS 82 & EN ETRANGER

Message  Ribotte le Dim 17 Nov - 20:15

J 'aime les versions 82,j'écoute rarement les vo.

Ribotte

Messages : 301
Date d'inscription : 13/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES DEBRIEFING 45, 46 & 47: VERSIONS 82 & EN ETRANGER

Message  Yuna le Lun 18 Nov - 22:33

J'avais adoré les quelques titres que l'on avait découvert dans la BO de Jean Philippe (enfin, déjà sortit dans l'intégrale guitare de 93 il me semble). J'avais trouvé ça touchant et émouvant.

Le Noir c'est noir version kitch c'est inécoutable pour moi tant je trouve la version originale studio inégalable.

J'ai découvert Senza amore qui est pas mal dans son genre.
Domenica domani m'inspire moins.
avatar
Yuna

Messages : 4763
Date d'inscription : 09/02/2008
Age : 27
Localisation : Isère/Savoie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES DEBRIEFING 45, 46 & 47: VERSIONS 82 & EN ETRANGER

Message  lugo62 le Mar 19 Nov - 9:42

Yuna a écrit:
Le Noir c'est noir version kitch c'est inécoutable pour moi tant je trouve la version originale studio inégalable.

C'est meme limite honteux d'avoir sortie une pareille version Evil or Very Mad
avatar
lugo62

Messages : 7392
Date d'inscription : 19/05/2009
Age : 34
Localisation : pres de troyes mais originaire de lens

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES DEBRIEFING 45, 46 & 47: VERSIONS 82 & EN ETRANGER

Message  Jango le Mar 19 Nov - 11:09

Je persiste à la trouver moins honteuse que toutes les autres versions 82...
avatar
Jango

Messages : 3910
Date d'inscription : 01/02/2011
Age : 33
Localisation : Bruxelles

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES DEBRIEFING 45, 46 & 47: VERSIONS 82 & EN ETRANGER

Message  Luc D le Mar 19 Nov - 11:46

L'intro est pour le moins surprenante:

Black
is
black
avec la 'musique' qui l'accompagne

La suite est plus supportable.
avatar
Luc D

Messages : 3237
Date d'inscription : 07/08/2013
Age : 53
Localisation : Suisse romande

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES DEBRIEFING 45, 46 & 47: VERSIONS 82 & EN ETRANGER

Message  Jango le Mar 19 Nov - 16:35

Oui, après c'est quand même loin d'être un chef d'oeuvre hein, j'ai le sens commun! Wink
avatar
Jango

Messages : 3910
Date d'inscription : 01/02/2011
Age : 33
Localisation : Bruxelles

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LES DEBRIEFING 45, 46 & 47: VERSIONS 82 & EN ETRANGER

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum