LE DEBRIEFING N° 41: Pas Facile

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LE DEBRIEFING N° 41: Pas Facile

Message  oscar2 le Lun 9 Sep - 10:28


Pas Facile,,, un autre album de la période dite « creuse » qui au final s'avère décidément bien remplie.
Un mot sur la magnifique pochette au superbe éclairage, une pochette qui recto et verso reflète parfaitement le ton de l'album, au recto un Johnny qui bat au bras de fer un énorme malabar comme pour nous dire l'adversité ne me fait pas peur j'ai toujours assez de rage en moi pour combattre et relever les défis et au verso Johnny qui se fait plie face à une superbe créature qui pose innocement (hum!) sa main sur l'entrejambe du rocker qui face à l'amour et aux sentiments ne semble plus faire le poids , ça représente assez bien tout le propos de cet opus entre hargne, sentiments désespérés, regrets et nostalgie, bref c'est pas la fête au village.
Un bémol général toutefois en ce qui concerne le mixage et la production bien trop propre et aseptisée
Coté son le remasters vaut vraiment la peine
Pour l'anecdote cet album est sorti le 17 septembre 81, pile-poil le jour de mes 13 ans c'est dire si je me souviens parfaitement du cadeau que j'ai reçu de mes parents ce jour là.

32 ans plus tard qu'en reste t'il ?
avatar
oscar2

Messages : 2143
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 48

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING N° 41: Pas Facile

Message  oscar2 le Lun 9 Sep - 10:43



C'EST PAS FACILE : Une bonne intro avec une basse bien grasse mise en valeur, le schéma de la chanson est un copié/coller de Deux étrangers avec une première partie rythmée, un break ralenti et une reprise pour finir, le son un peu trop propre empêche ce titre plutot bon de vraiment décoller... 7/10

JE T'AI AIMEE : Johnny nous là joue tourne-coeur du début a la fin de cette chanson où plâne l'ombre de Sylvie, Le texte de Mallory est superbe mais les choeurs bien trop envahissants, il nous reste une très belle chanson d'amour comme il en pullule dans la disco de l'idole, celle-ci à le mérite de transpirer la sincérité... 7/10

IL NE FAUT PAS ME RESSEMBLER : Sincérité toujours pour celle-ci où de mémoire je crois que c'est la première fois que Johnny évoque explicitement David dans une chanson, une belle ballade country où encore une fois le texte de Mallory fait des merveilles, je trouve cette approche bien plus subtile que celle qu'utilisera Goldman dans Laura... 6/10

BATS-TOI POUR L'AMOUR : Ouf enfin une guitare un peu tranchante pour un rock assez décalé, ça fait du bien a ce moment de l'album pour nous réveiller un peu, je retrouve la voix de Johnny que j'aime sur ce titre , c'est a dire à la fois féline et hargneuse, une réussite... 8/10

COMME UNE FEMME : Je n'ai jamais accroché à cette chanson sans trop savoir pourquoi ? Question de feeling sans doute !, je trouve le texte très anodin et encore une fois les choeurs bien trop présent, et puis le passage parlé à la fin est quand même très kitch pour ne pas dire ridicule... 4/10

LE ROCK'N'ROLL C'EST COMME CA : Waouuuuh let's rock'n'roll baby !!! , en voilà un bon rock a l'ancienne balancé dans les dents et les oreilles de l'auditeur, un texte intelligemment humoristique juste ce qu'il faut mais pas trop, un peu à la Mitchell je dirais, mention spéciale à la section rythmique... 9/10

J'EN AI MARRE : Un brûlot musical et textuel infiniment plus mordant que Autoportrait sur un thème similaire, on ne sait plus créer de son bien gras comme celui-ci a cause du numérique et c'est bien dommage, c'est LA réussite de l'album, le genre de chanson hyper éfficace et totalement inconnue du grand public qui devrait refaire surface en concert aujourd hui, ce titre ouvrait le show de la tournée d'hiver 81/82 et je m'en rappelle encore aujourd hui c'est tout dire.. 9/10

IL N'Y A PLUS DE GEANT A L'EST D'EDEN : Un autre titre qui joue sur la veine nostalgique dans cet album finalement assez personnel et introspectif, c'est joli, c'est du Mallory en roue libre, une plage de remplissage un peu trop mollassonne pour me plaire, ça s'écoute comme le temps qui passe... 6/10

TOUJOURS LE MEME : Un Bob Seger mineur mais de la grande époque, j'aime la manière traînante qu'à Johnny pour l'interpreter, on dirait que sa voix colle aux notes sans pouvoir s'en détacher (je sais pas si je suis bien clair là!) , ce qui a de fascinant chez ce mec c'est qu'il à 1000 façons différente de chanter tout en restant lui-même.. 7/10

JE NE POURRAIS JAMAIS L'OUBLIER : Si comme je l'ai écris plus tôt J'en ai marre est la réussite de l'album celle-ci en est le pure chef-d'oeuvre, un titre très confidentiel en rupture totale avec le reste de l'album, très minimaliste et absolument bouleversant.. 10/10

LA VILLE : Le mini OMNI de cette galette en guise de clôture, musicalement c'est assez hybride entre rock mid tempo et envolée discoîdée sur les refrains, un texte musclé a la limite du too much quand même, bizarrement je prend plaisir à l'écouter, je lui trouve un petit coté « Qu'est ce que tu croyais ? » à cette ville.. 7/10






Bonus :



LE cœur FERME : Oh le honteux plagiat que voilà, comment est-ce que ça a pu passer innaperçu à l'époque !! ce titre est entièrement pompé sur le Hungry Heart de Springsteen, ceci dit ça n'en fait pas un mauvais titre pour autant et puis à l'époque c'est un inédit en face B du 45T «  Je t'ai aimée » , je pense que nous serions tous tres heureux d'avoir des inédits de ce niveau aux sorties de singles aujourd hui.. 7/10


HOW WRONG CAN YOU BE : Ce titre ainsi que les 2 suivant furent enregistrés en vue d'un album en anglais produit par l'anglais Dave Edmunds qui vient de commettre un hit quasi accidentel avec un titre offert par Springsteen (From small things, big things one day come) , Projet semble t'il avorté par la mise en place de l'équipe Billon, quand à ce titre je l'aime beaucoup, un bon blues-rock bien carèné, une mini pépite très méconnue.. 7/10

TROUBLE BOYS : Ceci aurait pu être formidable sans ces interventions incongrues de vocoder qui sonne aujourd hui totalement obsolete même si c'était assez novateur dans les productions rock de ces débuts 80, dommage car le riff de guitare et le jeu de piano dépotent vraiment pas mal.. 6/10

AIN'T MUTCH FUN : Version anglaise du « Rock'n'roll c'est comme ça » à mon sens très réussie , un Johnny étonnamment à l'aise avec un texte en anglais au débit tres rapide , c'est assez rare pour etre souligné, aussi bon que la version française selon moi et avec un chorus final un peu plus long pour ne rien gâcher.. 9/10

Live 81 :

FILS DE PERSONNE : Que dire encore des ces extraits d'un des meilleurs live de Johnny , le Night Rider Band tourne d'enfer, rythmique facile, guitares tranchantes ,sax exhalté, une sensation de fluidité rarement atteinte chez Johnny.. 9/10

LE FEU : même commentaire pour cette version « revisitée du Feu qui pour le coup devient plus blues que funk,mention spéciale pour le solo de sax et à l'immense John Selk à la basse .. 9/10

SALUT CHARLIE : Version pure country qui se rapproche de la version studio, la voix brisée de Johnny me renverse a chaque écoute.. 9/10

RIEN QUE HUIT JOURS : Version proche de celle du pavillon 79, c'est parfait pour lancer la déferlante rock du final , ça reste un must.. 9/10

[size=18]

Total de l'album original : 7,3

Total de l'édition collection : 7;6[/
size]
avatar
oscar2

Messages : 2143
Date d'inscription : 07/05/2009
Age : 48

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING N° 41: Pas Facile

Message  Luc D le Lun 9 Sep - 11:58

Wahou oscar2,

je suis fan de tes débriefs.

Je n'arriverai jamais à décrire aussi bien ce que je ressent
et que dire de tes connaissances techniques et historiques...

Jango, C'est pas pour te mettre la pression mais
je me réjoui de te lire.
avatar
Luc D

Messages : 3128
Date d'inscription : 07/08/2013
Age : 53
Localisation : Suisse romande

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING N° 41: Pas Facile

Message  Johnny Vautours le Lun 9 Sep - 17:54

Aaah enfin le retour des debriefs Smile
avatar
Johnny Vautours

Messages : 793
Date d'inscription : 14/01/2013
Age : 18

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING N° 41: Pas Facile

Message  Johnny60 le Lun 9 Sep - 18:24

Merci beaucoup Oscar2, ca fait vraiment plaisir de relire tes debriefs.

Un album que j'aime aussi.
On dit souvent que la période 1979-1984 et une période creuse niveau albums studio, et bien moi j'en redemande des disques comme ”En pièces détachées”, “Pas Facile”, “Quelque part un aigle”, “Entre Violence et Violon”, “Nashville 84”, je les préfère aux albums studios des dernière années même si j'ai bien aimé “l’Attente”   Wink 

3 Albums de cette époque dans mon top 10 mine de rien. Very Happy
avatar
Johnny60

Messages : 2568
Date d'inscription : 13/07/2010
Age : 27
Localisation : Compiègne (60)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING N° 41: Pas Facile

Message  Jango le Lun 9 Sep - 23:52

Et c'est reparti! Smile


Quelle période faste en vérité que ces cinq années qui précèdent la «renaissance» publique via Berger et Goldman. Quelle période sous-estimée, ça se confirme au fil de cette collection. Alors bien sûr elle a le défaut de sa qualité, à savoir que quand Johnny (ou quiconque d’ailleurs, je pense par exemple à David Bowie qui explose exactement à la même époque mais sort aussi ses seuls albums négligés tout simplement parce qu’il produit trop) la qualité finit parfois par perdre au profit de la quantité. Les albums n’ont pas beaucoup de cohérence mais sont des collections de titres quasiment interchangeables. Pourtant si on les prend un à un, il y en a beaucoup qui méritent le détour. Alors que nous réserve le bien mal nommé «Pas Facile»?

C’EST PAS FACILE: Tout simplement imparable. Rythme d’enfer, paroles qui fusent et chant désespéré. Tout ce qu’il y a de bon dans cette période (le côté rock comme le côté variété) à son paroxysme. À quand une résurrection?! 10/10

JE T’AI AIMÉE: Les couplets se traînent un peu, ils ne sont pas très originaux et font penser à du Sardou ou du Iglesias. Et c’est bien dommage car quel beau texte et quelle interprétation hantée de Johnny en homme perdu. 8/10

IL NE FAUT PAS ME RESSEMBLER: Superbe compo de Mort Shuman qui n’est pas sans rappeler l’univers d’Eddy Mitchell (enfin, de Pierre Papadiamandis!). Terrible confession complètement autobiographique. 100% plus touchant que Sang pour Sang! 9/10

BATS-TOI POUR L’AMOUR: Je suis tout à fait d’accord sur le fond, hein! Mais sur la forme c’est très bancal, le texte ne semble pas couler sur la musique. La tristesse de ce début des années 80 c’est l'essoufflement évident, à mon sens, de Michel Mallory 6/10

COMME UNE FEMME: Une bonne chanson aux accents pop, gros doute sur le texte récité à la fin! 7/10

LE ROCK’N’ROLL C’EST COMME ÇA: La description de cette vie en tournée sonne un peu artificielle. Johnny chante «rien n’a changé», mais on ne peut s’empêcher de penser le contraire, ce qui donne une drôle de mélancolie à ce rock efficace 7/10

J’EN AI MARRE: Le texte est très drôle, se prend moins au sérieux qu’un La Paix vingt ans plus tard. Pas de quoi faire un classique, mais un bon moment 6/10

IL N’Y A PLUS DE GÉANT À L’EST D’EDEN: Un joli hommage sur lequel plane l’ombre rétrospective et écrasante de Tennessee... 6/10

TOUJOURS LE MÊME: Johnny est toujours à son aise dans les adaptations de Bob Seger. Un peu trop peut-être, dans le sens où la chanson a quelque chose de désinvolte qui colle mal avec le texte 6,5/10

JE NE POURRAI JAMAIS L’OUBLIER: Veine plus dramatique pour encore une fois le thème de la séparation (d’avec Sylvie) qui hante tout ce disque. Beau texte, belle musique, je ne saurais dire ce qui manque pour me séduire, mais il manque quelque chose! 6,5/10

LA VILLE: La curiosité, l’ovni du disque, il y en a souvent un. Une orchestration plus rock permettrait sans doute à la chanson de prendre plus d’ampleur, le son «80» n'est pas trop gênant jusque-là mais ici il est regrettable car il adoucit un texte très dur 7/10

LE COEUR FERMÉ: Je suis content que le livret évoque l’ombre de Springsteen (à la même période) sur ce titre car pour moi ça a été une évidence dès la première écoute. Je n'ai pas la connaissance d'Oscar sur la disco du Boss, mais j'irai vérifier le titre que tu cites. Ca ne m'étonnerait vraiment pas qu'il y ait plus que de l'hommage dans l'air! Mais du coup, voilà tout de même une excellente référence pour ce qui est sans doute le dernier grand texte de Mallory («les yeux ouverts, le coeur fermé») et Schuman impeccable comme à chaque collaboration avec Johnny. Superbe interprétation grandiloquente de Johnny. Polémique mise à part j'adore! 9/10

HOW WRONG CAN YOU BE: Je m’étais attelé pour le site à une retranscription et une traduction des paroles. Le moins que je puisse dire c’est que la prononciation de Johnny est particulièrement brouillonne sur ce titre et certaines phrases sont indéchiffrables même pour des anglophones! Heureusement musicalement c’est le pied total, cuivres, guitares et hurlements, tout y est! 9/10

TROUBLE BOYS: Ouch comme la réalisation a pris un coup de vieux! Le remaster lui donne cependant un beau relief. Au final un titre rapide très agréable 7/10

AIN’T MUCH FUN: Bien plus convaincu par cette version originale comme on pourrait s’en douter vu mon doute sur le texte. Remarquons à ce sujet que le thème a été inversé, ici c’est bel et bien de la fin d’une époque que l’on parle et du coup le souffle est paradoxalement vers l’espoir plutôt que vers le déni! 8/10

FILS DE PERSONNE: N’importe quelle version de ce titre m’enchantera toujours, mais après l’explosive de 1979, il faut avouer que celle-ci semble un peu faiblarde, étrangement dépouillée 8/10

LE FEU: Bon délire au sax! 8/10

SALUT CHARLIE: Ici c’est l’inverse, c’est la version 79 qui me semblait perdre de la magie de l’original, que l’on retrouve un peu ici dans le côté très recueilli, presque en prière, de l’interprétation de Johnny 9/10

J’AI PLEURÉ SUR MA GUITARE: Quelle bonne idée de ressortir ce titre, qui plus est dans une belle version quasi-unplugged 8,5/10

RIEN QUE HUIT JOURS: Version bien rock, presque hard pour un titre dont l’efficacité n’est plus à prouver! 9/10

Au final, un album sur lequel plane l’ombre du divorce, ce qui lui donne par moment une étrange couleur désabusée mêmes sur les titres qui ne sont pas censés l’être! Un album qui reste de très bonne tenue, même s’il combine l’excellent et le sympa comme souvent les albums «génériques» de Johnny.

NOTE GÉNÉRALE: 7,5

Flagrant Délit 9/10
Rock'n'Roll Attitude 8,5
Cadillac 8,5
Lorada 8,5
La Terre Promise 8,5
Insolitudes (sans bonus) 8,5

Gang 8
Les Enfants Du Rock 8
Ça Ne Change Pas Un Homme 8
Rivière... Ouvre Ton Lit 8
Jeune Homme 8
Hamlet 8
La Peur 8
Solitudes à deux 8
Rock À Memphis 8

Country-Folk-Rock 7,5
Jamais Seul 7,5
En Pièces Détachées 7,5
Le Coeur d'Un Homme 7,5
Halleluyah 7,5
Entre Violence et Violons/En V.O. 7,5
Hollywood 7,5
Vie 7,5
Johnny 67 7,5
Pas Facile 7,5

L’Attente 7
Drôle De Métier 7
Derrière L'Amour 7
La Génération Perdue 7
Les Rocks Les Plus Terribles 7
À La Vie, À La Mort 7
Sang Pour Sang 7
Salut Les Copains 7
Rock’n’Slow 7
Rêve Et Amour 7
Je t’aime, je t’aime, je t’aime 7

Les Bras En Croix 6,5
C'est La Vie 6,5
Ça Ne Finira Jamais 6,5
L’Idole Des Jeunes 6,5
Sings America's Rockin' Hits 6,5
Johnny Chante Hallyday 6
Ma Vérité 6
Quelque Part Un Aigle 6
Ce Que Je Sais 5,5
avatar
Jango

Messages : 3904
Date d'inscription : 01/02/2011
Age : 33
Localisation : Bruxelles

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING N° 41: Pas Facile

Message  Invité le Mar 10 Sep - 0:27

79-82, periode creuse bien illustree encore par cet album qui montre a quel point mallory etait devenu hs et qu il etait grajd temps que johnny aille voir ailleurs...
Deja la pochette.. totalement hors sujet par rapport a l album lui meme si ce n est de nous annoncer son nouveau trip muscu... la realisation ensuite avec un son rock fm bien plat qui a tres mal vieilli meme si d autres horreurs ont ete produites par dautres artistes de sa generation a cette epoque... les titres choisis qui pour la plupart ne cassent pas trois pattes a un canard...bref rien de surprenant a ce passage a vide du debut des eigties...
1-pas facile
toute la production de l album resume sur ce titre...il manque un je ne sais quoi au morceauvpour qu il decolle vraiment... sans doute le refrain un peu "facile" et sans relief... sinon jaime bien le break au milieu du morceau..5/10

2.je t ai aime
je ne sais pas comment johnny et son equipe ont pu parier un centime sur la possibilite d un tube avec ce morceau...c est comme toujours bien chante, mais bon dieu que c est plat...mallory a sorti le dico des rimes! le break du milieu reveilleun peu...un peu seulement... 4/10

3.il ne faut pas...
Un morceau que j aime bien mais malheureusement un peu plombe par le refrain...joli texte qui colle bien a l idole et superbe interpretation 5/10

4.bats toi pour l amour
un titre de remplissage totalement anecdotique a tous les niveaux... 4/10

5.comme une femme
la on touche le fond...comment a t il pu interpreter ce genre de choses...2/10
6. Le rock n roll c est comme ca
ha..enfin le voila! Comme sur les autres album de cette faible periode il y a tout de meme un rock pour nous rappeler d ou il vient ! Et la c est nickel la bete se reveille ! 7/10

7.j en ai marre
bien avant la paix il y a eu ce morceau a une epoque ou il etait bien plus credible par rapport au sujet aborde! Mais la aussi le titre apres un debut prometteur ne decolle pas vraiment a cause du refrain ... les passages avec la baignoire et le lit sont assez grotesques... dommage..5/10

8. Il n y a plus de geant...
une belle melodie une belle interpretation... mais un texte qui vole bas bourre de cliches et avec des rimes a deux balles...4/10
9. Toujours le meme
un titre qui me fait beaucoup penser au troisieme et qui ne parvient pas a redonner du punch qui a l oppose de sa pochette est bien mou du genou...anecdotique..4/10

9. Je pourrai jamais l oublier
Un titre que je n aimais pas du tout quand j ai decouvert cet album a la fin des annees 80..et avec le recul et au fil des ecoutes c est probablement le titre de l album avec le seul rock de cet opus! 6/10

10-la ville
encore un titre anecdotique de remplissage qui aurait fait une face b acceptable...4/10




Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING N° 41: Pas Facile

Message  Invité le Mar 10 Sep - 0:31

Je rajoute le coeur ferme, face b de je tai aime, me limitant par ailleurs uniquement qu aux albums originaux...
effectivement enorme plagiat de hungry heart, un des rares titres de springsteen qui me gongle ... donc autant dire qye la version francaise ne m enchante guere plus...3/10

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LE DEBRIEFING N° 41: Pas Facile

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum